Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un parent d'élève dérape dans une école des Landes, à Labatut

lundi 25 septembre 2017 à 18:23 France Bleu Gascogne et France Bleu

Le 13 avril dernier, à Labatut, au moment de rentrer en classe, un papa est intervenu violemment dans un différend entre élèves de CM2. Injures, menaces et bousculade d'enfants et du personnel de l'école. Le père sanguin est condamné à cinq mois de prison avec sursis.

rue du palais à  Dax
rue du palais à Dax © Radio France - christophe van veen

Landes, France

Labatut, paisible bourgade près de Peyrehorade dans les Landes, a vu l'irruption de la violence dans le hall d'entrée de sa petite école primaire.

"Je vais te péter la gueule !"

A 8 h 20, au moment d'entrer en classe, un papa de 44 ans surprend un gamin qui parle mal à son fils de 10 ans. Le papa décide de se faire justice lui même. Il prend par le col un premier élève qu'il soulève du sol. Il commet une erreur, car ce n'est pas le fautif. Il s'en prend alors au second avec le même geste qui arrache le tee-shirt de l'enfant, tout en hurlant : "Je vais te péter la gueule. Je vais te jeter dans le gave avec ta famille. Je vais te tuer, j'ai des flingues chez moi".

Les adultes de l'école, horrifiés, interviennent. Une première Auxiliaire de Vie Scolaire se fait copieusement injurier, puis deux hommes à qui le furibard de mande d'aller subir les derniers outrages (C'était en réalité bien plus grossier, et abondamment répété dans la salle d'audience lors du procès). Le papa fait chuter un agent administratif qui se retrouve au sol, sur le dos, sous les yeux des élèves terrorisés.

Bonnet d'âne ! Le prévenu minimise !

Tous les intervenants du procès lui font la leçon : "On n'intervient jamais directement dans les chamailleries des enfants".

A la barre, cachant mal son exaspération, le père nie toute violence. Cet homme de 44 ans, chômeur, au casier judiciaire vierge, admet simplement avoir pu déraper verbalement, mais "ce ne sont que des mots", selon lui. Quand l'un des assesseurs lui demande s'il a conscience de la violence qu'un adulte inflige à un enfant de dix ans en le menaçant de mort ou en l'insultant, le père de trois enfants semble ne pas comprendre la question, pas plus que la problématique.

Cinq mois après les faits, il n'a rien compris à sa violence dans un lieu, l'école, qui doit être sanctuarisé - Jean-Luc Puyo procureur de la République de Dax.

Cinq mois de prison avec sursis

Pour sanctionner cette violence incontrôlée et cette absence manifeste de repentir, le procureur de Dax réclame une peine de 5 mois de prison avec sursis. Peine qui est finalement prononcée en fin de soirée.

La défense assure que, malgré les apparences et un comportement très tendu lors du procès, le papa regrette sincèrement son dérapage. L'avocate rappelle le contexte. Son enfant était harcelé et il lui semblait que l'institution ne faisait rien pour le protéger, malgré le signalement.

Un pétage de plombs qui n'est pas sans conséquences

Après sa colère explosive, le père est reparti avec ses trois enfants sous le bras. Il les a scolarisés, quelques jours après, dans un village voisin.

Dans la petite école de Labatut, les enfants témoins de cet esclandre ont beaucoup pleuré, très choqués. Les deux enfants secoués ont été suivis par un psychologue scolaire. L'un des deux ne parvient plus à dormir seul dans son lit.