Faits divers – Justice

Un parrain de la Côte d'Azur interpellé à Saint-Tropez

Par Lisa Melia, France Bleu Azur jeudi 22 septembre 2016 à 22:15

Christian Maistre a été condamné dans une affaire de trafic de stupéfiants en juillet dernier
Christian Maistre a été condamné dans une affaire de trafic de stupéfiants en juillet dernier © Maxppp - Arnaud Journois

L’une des figures du grand banditisme azuréen a été arrêtée mercredi soir à Saint-Tropez : Christian Maistre, surnommé "l’arbalète", doit purger une peine de huit ans de prison.

Il était en cavale depuis le mois de juillet, quand un tribunal marseillais l’a condamné à une peine de huit ans de réclusion et à 20.000 euros d’amende, dans le cadre d’une affaire de blanchiment d’argent et de trafic de stupéfiants. Le Niçois Christian Maistre, 59 ans, est l’une des grandes figures du banditisme sur la Côte d’Azur.

La filière du sud

Les faits, pour lesquels il a été condamné cet été remontent à 2012 : à l’automne, la police démantèle une filière de cocaïne et de résine de cannabis entre l’Espagne et la France. Les enquêteurs saisissent à l’époque 140 kilos de résine de cannabis.

Le réseau s’étend dans tout le sud de la France, de Nice à Anglet en passant par Saint-Tropez. Les enquêteurs établissent des liens entre le trafic de drogue et certains bars chics de la Côte d’Azur, cachant un vaste système de blanchiment d’argent.

Christian Maistre, figure niçoise, est donc l’un des piliers de cette opération pour laquelle une vingtaine de personnes, au total, seront interpellées.

Spécialiste du trafic de drogue

Dix ans plus tôt, "l’arbalète" comparaissait devant le tribunal correctionnel de Grasse, pour trafic de drogue. Le procès met à jour un fonctionnement "à l’ancienne", l’histoire d’une bande d’amis, un code d’honneur, des caches, des conversations codées et la loi du silence. Pour le procureur, Christian Maistre est le cerveau de tout le réseau. La cour lui inflige une sentence de neuf ans de prison.

Condamné depuis à plusieurs reprises pour des affaires similaires, le Niçois se spécialise dans le trafic de stupéfiants, dont les gains sont réinjectés dans des commerces, des bars et des établissements sur la Côte d’Azur.

Il est soupçonné d’avoir participé à une affaire de meurtre, celle d’un trafiquant de drogue au Cros-de-Cagnes. Soupçonné, mais jamais condamné.

Partager sur :