Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Un patient agresse à l’ammoniac des vigiles des urgences de l’hôpital de Thionville

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu

Deux vigiles des urgences de l’hôpital Bel air de Thionville ont été légèrement blessés mardi soir. Un homme qui devait être hospitalisé d’office pour raison psychiatrique leur a jeté de l’ammoniac. L’accueil des urgences est resté fermé durant une heure.

L'auteur de l'agression est défavorablement connu de la police.
L'auteur de l'agression est défavorablement connu de la police. © Maxppp - Julio Pelaez

Thionville, France

Un patient hospitalisé d’office pour raison psychiatrique a blessé deux vigiles de l'hôpital Bel-Air de Thionville en les aspergeant d'ammoniac. L'homme avait été amené en début d'après-midi dans l'établissement par les forces de l'ordre, après une garde à vue dans les locaux de la police pour des menaces. Un individu "très agressif" selon la directrice générale du CHR Metz-Thioville, Marie-Odile Saillard, contactée par France Bleu Lorraine. 

Un litre d'ammoniac

Placé au départ sur un lit de contention, l'homme est parvenu à s'en libérer. Un agent a alors activé une alarme, déclenchant l’intervention immédiate de deux agents de sécurité et de plusieurs membres de l’équipe soignante. Le patient a alors menacé les équipes avant de les asperger avec une bouteille d'un litre d'ammoniac dont l'enquête devra déterminer l'origine. Les deux vigiles ont été blessés, dont l’un à l’œil. Deux infirmières, une élève infirmière, un interne et un médecin ont également été incommodés. Finalement interpellé, l'agresseur a été conduit dans la nuit à l’hôpital spécialisé en psychiatrie de Jury, au sud de Metz.

Les urgences détournées vers Metz

Selon la direction, 16 personnes étaient présentes au moment des faits et mises en sécurité. Les urgences de Bel Air ont été détournées vers le CHR de Metz-Mercy durant une heure. Marie-Odile Saillard précise que par mesure de précaution, et malgré une réouverture possible dés 1h du matin, elle n'a autorisé l'accès au lieu précis de l'agression qu'à 7h ce mercredi matin, après des analyses permettant de lever entièrement le doute. 

Si l'événement d'hier n'a pas eu de conséquences dramatiques, il pose tout de même la question de la sécurité dans les hôpitaux publics. _"_Dans la tourmente générale de l'hôpital public, ce type de risque est terrible car c'est imparable", constate la directrice générale du CHR. "Nous avons besoin de la solidarité de tous les services de l'Etat."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu