Infos

Un père de famille condamné pour une fausse alerte à la bombe au tribunal

Par Stéphane Milhomme, France Bleu Drôme-Ardèche lundi 3 mars 2014 à 6:01

Le palais de justice de Valence dans la Drôme.
Le palais de justice de Valence dans la Drôme. © Radio France - Stéphane Milhomme

Un père de famille d'une trentaine d'années, originaire de Montélimar, dans la Drôme, a été condamné ce vendredi par le tribunal correctionnel de Valence à six mois de prison ferme. Cet homme avait fait croire qu'une bombe allait y exploser, le 6 janvier dernier. Il avait précédemment insulté le juge des affaires familiales et des greffiers parce qu'il ne comprenait pas une décision de justice.

Au palais de Justice de Valence et devant la juge, l'homme est calme tout habillé de noir et répond d'une petite voix : "oui, madame la présidente". Pourtant le 6 janvier dernier, il a fait peur a tout le personnel du tribunal en téléphonant et en lançant cette fausse alerte à la bombe. 

Avant cela, il a pris le combiné pour insulter la juge des affaires familiales, des greffiers, à qui il demandait des explications sur son dossier. Il tente de revoir ses trois enfants dans le cadre d'une séparation.

La magistrate le sermonne : "Et vous croyez que c'est de cette façon que vous reverrez vos enfants?" Il baisse la tête : "Non, madame la présidente". D'ailleurs il n'a pas vu ses enfants depuis Noël et encore, de loin. Puis la présidente récite son casier judiciaire avec sept condamnations pour des faits de violence et outrage.

"Les fonctionnaires ne sont pas là pour se faire insulter".━ Le procureur

Le procureur qualifie cette fausse alerte à la bombe de "coup du desespoir ( ...), mais cela n'est pas très correct" ajoute t-il aussitôt. "Les fonctionnaires ne sont pas là pour se faire insulter". Il requiert une peine qui ne soit pas inférieure à huit mois d'emprisonnement. L'avocate du prévenu explique surtout que son client a voulu exprimer son "incompréhension" dans la décision de la juge aux affaires familiales. "Il s'en est pris aux mauvaises personnes et il regrette, mais ce n'était que des paroles. Il n'était même pas venu menacer au tribunal".

Le père de famille a finalement été condamné à six mois de prison, six mois qui l'éloignent encore un peu plus de ses enfants.

Partager sur :