Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un Perpignanais condamné à trois mois de prison ferme pour apologie du terrorisme

jeudi 24 août 2017 à 17:34 Par Stefane Pocher, France Bleu Roussillon et France Bleu

Un jeune Perpignanais n'a pas apprécié que Pôle Emploi envisage de le radier : "Si vous le faites, je ferai comme Mohammed Merah : je vais revenir et tirer dans le tas." C'était le 17 août à quelques heures de l'attentat de Barcelone. Il a été condamné ce jeudi pour apologie du terrorisme.

Tribunal de  Perpignan
Tribunal de Perpignan © Radio France - Stéfane POCHER

Perpignan, France

Le tribunal correctionnel de Perpignan a condamné ce jeudi un Pepignanais à trois mois de prison ferme pour apologie du terrorisme. Mathias, un jeune de 22 ans, récemment installé à Perpignan, était en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel.

Il y a une semaine, quelques heures avant l'attentat de Barcelone, il n'a pas apprécié que Pôle Emploi ne lui verse pas une avance sur ses allocations chômage et envisage de le radier.

Il a alors déclaré, dans le bureau du conseiller :

"Si vous le faites, je ferai comme Mohammed Merah : je vais tirer dans le tas. je vais revenir et je vais tout péter."

La procureure de la République a demandé trois mois de prison avec mandat de dépôt. Elle a été suivie dans ses conclusions.

Ce jeune est déjà connu de la justice, avec 14 mentions et condamnations dans son casier judiciaire, notamment des sévices graves sur animal domestique, outrage en réunion, recel et vols en réunion.

"J'ai fait une connerie. Je me suis emporté." Mathias

La justice a voulu faire un exemple dit son avocate Catherine BARRERE