Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un peu moins de violences cette nuit à Nantes

samedi 7 juillet 2018 à 12:07 Par Louis de Bergevin et Audrey Dumain, France Bleu Loire Océan et France Bleu

Après trois nuits de violences suite à la mort d'Aboubakar Fofana tué par un CRS mardi soir, les dégâts sont un peu moins nombreux ce samedi matin à Nantes. Selon la police, il y aurait quand même 35 véhicules incendiés.

Les voitures calcinées de la nuit au Breil
Les voitures calcinées de la nuit au Breil © Radio France - Louis de Bergevin

Nantes, France

Les quartiers de Saint-Herblain, Orvault, Rezé, du Breil et de Bellevue ont connu une nouvelle nuit de violences et de destruction. Mais moins nombreuses que les nuits précédentes.

D'une soixantaine de voitures incendiées entre jeudi et vendredi, on est passé à trente-cinq vendredi soir. Les forces de l'ordre ont quand même essuyé des tirs de cocktails Molotov au Breil et à Bellevue.

Côté matériel, un bâtiment de Nantes Habitat a commencé à brûlé dans le quartier du Breil.

Des habitants toujours sous le choc

Mais ce matin les habitants se réveillaient avec plein de questions.

Qui dois-je appeler, l'assurance? La mairie? La Police

Ce jeune père de famille vient de découvrir sa voiture calcinée.  Il ne reste que des cendres, et la carcasse. Le feu s'est propagé depuis les voiture d'à côté.

Cette dame de 85 ans a vu cinq voitures brûler sous son appartement cette nuit. Elle habite au premier étage : "J'ai été obligée de fermer les fenêtres, la fumée entrait chez moi"

Mais pourquoi tout brûler comme ça?

C'est la phrase qui revient en boucle. Dans les rues, on voit encore les stigmates des nuits précédentes. Du verre brisé, des restes de grenades lacrymogènes, des traces de brûlé. 

Les habitants profitent de ce calme pour faire leurs courses pour les prochains jours. Mais ils se demandent combien de temps cela va durer encore.

Vendredi soir, le policier qui a tiré sur Aboubacar Fofana avait reconnu l'avoir fait "par accident". Il a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire.