Faits divers – Justice

Un photomontage du journal municipal de Béziers crée la polémique

Par Isabelle Lassalle, France Bleu Hérault et France Bleu vendredi 11 septembre 2015 à 11:46

Robert Ménard, maire de Béziers.
Robert Ménard, maire de Béziers. © Max PPP

La une du journal municipal de Béziers, dont le maire est Robert Ménard, un proche du Front national, a suscité la polémique mercredi 9 septembre. L'image de couverture a été modifiée pour dénoncer une future arrivée massive de réfugiés. L'AFP entend porter l'affaire devant la justice.

Le cliché a été pris par un photographe de l’AFP en juin dernier en Macédoine. Sur un quai, hommes, femmes et enfants s’apprêtent à monter dans un train. Mais le journal municipal de Béziers a modifié l’image en ajoutant deux inscriptions sur les vitres du wagon : « Béziers 3 865 km » et « Scolarité gratuite, hébergement et allocation pour tous ! »

Pour la direction de l’AFP, il s’agit d’« un détournement et une falsification d'une de ses photos » et elle entend « porter l'affaire sur le plan judiciaire ».

De son côté, Robert Ménard, le maire de Béziers, réfute la critique de l'AFP : « Si on avait utilisé cette photo pour une cause inverse, je ne pas sûr que l'AFP s'en serait émue ». Ancien président de Reporters sans frontière (RSF), il a affirmé que les photos étaient régulièrement retravaillées. « La photo du petit Syrien qui a ému le monde entier a été recadrée. Il y a deux pêcheurs qui ont été enlevés. Comment s'appelle cette modification ? De la propagande. »

Une polémique de plus pour Robert Ménard

Ce n’est pas la première fois que le maire de Béziers suscite la polémique. Il avait déjà proposé l’installation d’une crèche de Noël dans la mairie et organisé une campagne d’affichage sur le pistolet, en faisant « le meilleur ami » des policiers de la ville.

Les réactions des politiques

Le Parti socialiste a condamné ce photomontage, « ce détournement d'image et les sous-entendus agitant le fantasme d'une ‘invasion’ de la part de ces demandeurs d'asile, déshonore ses auteurs qui, par cette manipulation grossière, tendent à remettre en cause le droit d'asile et la protection des réfugiés ».

Pour Yves Jégo, député UDI, c’est « une honte pour la République (...) ». Le député Noël Mamère s’est également indigné en reprochant à Robert Ménard de provoquer des coups médiatiques. « Les électeurs et les Français ont suffisamment de sens politique pour comprendre que cet homme est un pantin ».