Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - Un point de deal muré par la police à la cité El Vivès de Perpignan

-
Par , France Bleu Roussillon

Un peu plus d'un mois après avoir chassé les dealers de la cité des Oiseaux à Perpignan, la police a muré ce mardi 29 juin le point de deal de la cité El Vivès dans le même quartier du Bas-Vernet.

La police municipale a encadré la construction d'un mur bloquant l'accès à ces parties communes de l'immeuble où un point de deal était installé.
La police municipale a encadré la construction d'un mur bloquant l'accès à ces parties communes de l'immeuble où un point de deal était installé. © Radio France - Adrien Serrière

C'est une première à Perpignan : la police municipale, engagée dans une vaste chasse aux trafiquants de drogue, a fait murer le point de deal de la cité El Vivès mardi 29 juin, au matin. Ce "coffee shop" était installé à la vue de tous depuis plus de deux ans dans des parties communes d'un immeuble de cette résidence HLM du quartier du Bas-Vernet. 

Après avoir chassé les dealers installés dans la cité des Oiseaux, fin mai, la police a donc frappé, en deux temps, un nouveau grand coup contre les dealers. D'abord avec l'interpellation d'au moins deux individus suspectés de participer au trafic de drogue de la cité El Vivès, lundi 28 juin, puis avec cette opération qui a donc rendu inaccessible le point de deal. Les murs, sur lesquels des graffitis indiquaient la présence du point de deal, ont également été repeints. 

Des habitants soulagés 

Depuis l'installation du point de deal, la vie à El Vivès était devenue impossible pour beaucoup d'habitants. Plusieurs évoquent des tirs fréquents, des nuisances sonores constantes et parfois de l'agressivité de la part des jeunes dealers. "C'était devenu insupportable, ils n'avaient aucun respect", indique, soulagé, Mohammed qui réside dans un immeuble voisin et dont la sœur habitait le bâtiment avant de déménager.  

"Il y avait des règlements de compte et nous, on était au milieu." - Saïda, habitante de la cité El Vivès

Zahir, un autre résident, dit avoir trouvé récemment des armes lourdes dans la cave, "des fusils à pompe, gilets par balle, grenades, pistolets", liste-t-il. "De voir que la police est là 24 heures sur 24, on est heureux, on sait qu'on n'est pas seuls parce qu'à un moment donné, on se sentait abandonnés", confie Saïda, qui habite à El Vivès depuis 22 ans. Pour témoigner du poids que pesaient les dealers dans la cité, elle donne également l'exemple d'un voisin, propriétaire, qui a revendu son logement "à peine 30.000 euros" alors qu'il l'avait payé "près de 110.000 euros". 

Message de fermeté

Présent lors de l'emmurage du point de deal, le maire de Perpignan Louis Aliot promet de nouvelles actions d'envergure contre le trafic de drogue. 

"On va faire une zone zéro dealer dans Perpignan." - Louis Aliot, maire de Perpignan

"Petit à petit, on va les pousser, promet Louis Aliot. Ce qui est valable aux Oiseaux sera valable demain à El Vivès et Bétriu et sur l'ensemble de la ville car c'est l'une des causes du pourrissement de notre vie en société, il faut que cela cesse."

Le maire RN de Perpignan en a profité pour demander des moyens de police supplémentaires au ministre de l'Intérieur. "Il faut que Monsieur Darmanin arrête de ramener sa science à la télévision et qu'il donne des moyens à Perpignan parce que, si on avait des moyens de policiers nationaux avec notre police municipale, je pense qu'on pourrait arrêter tous les points de deal à Perpignan. Au niveau de la mairie on fait le job, on a recruté 30 agents supplémentaires, on a mis des patrouilles de nuit et on est sur le terrain."

La municipalité promet également des opérations de pédagogie sur la drogue à la rentrée prochaine dans les écoles. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess