Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Un policier aurait lancé des insultes homophobes à Besançon : le préfet demande une enquête administrative

-
Par , France Bleu Besançon

Le préfet du Doubs demande une enquête administrative après des propos homophobes tenus pendant une manifestation devant le commissariat de Besançon, ce samedi. Une vidéo de la scène a été diffusée sur les réseaux. Ces insultes auraient été lancées par un policier, d'après les manifestants.

Le commissariat de police de Besançon, avenue de la Gare d'Eau.
Le commissariat de police de Besançon, avenue de la Gare d'Eau. © Radio France - Christophe Mey

Le préfet du Doubs demande une enquête administrative, après des insultes homophobes lancées à des manifestants rassemblés devant le commissariat de police de Besançon, ce samedi. Une vidéo diffusée ce week-end sur le réseau social Twitter par la journaliste de Radio Bip, Emma Audrey, fait entendre ces propos, probablement tenus par des policiers.

Gaz lacrymogène et insultes homophobes

Sur cette vidéo, on voit des manifestants devant le commissariat lancer des slogans et insultes à destination des forces de l'ordre. Dans un deuxième temps, les policiers lancent au moins une grenade lacrymogène vers le groupe, puis un agent envoie du gaz lacrymogène au visage d'une manifestante. Dans la foulée, on entend un homme crier des insultes, notamment homophobes, se concluant par : "Amène ta gueule et je te la rectifie moi". D'après les manifestants, il s'agit d'un policier.

Le rassemblement était organisé en soutien à deux gilets jaunes interpellés dans l'après-midi de samedi.

Aucun manquement à la déontologie ne sera toléré" Joël Mathurin, préfet du Doubs

Ce lundi, le préfet du Doubs écrit au Directeur départemental de la sécurité publique (DDSP) avec cette phrase : "Le préfet ne mésestime pas le climat de tension qui existait lors de cette confrontation, mais aucun manquement à la déontologie ne saurait être toléré". Il demande de diligenter une enquête administrative de commandement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu