Faits divers – Justice

Un policier de Valence condamné pour de faux documents

Par Stéphane Milhomme, France Bleu Drôme-Ardèche mardi 7 avril 2015 à 22:06 Mis à jour le jeudi 4 juin 2015 à 15:14

Le commissariat de Valence dans la Drôme, mars 2015
Le commissariat de Valence dans la Drôme, mars 2015 © Radio France - Stéphane Milhomme

Ce brigadier chef a été condamné jeudi à 18 mois de prison dont 6 mois fermes. Il comparaissait en avril dernier pour avoir utilisé au commissariat de Valence les codes informatiques de ses collègues et faire en leur nom sept plaintes et cinq mains courantes dans un dossier personnel. Il voulait "aider" le fils de sa concubine. Il n'arrivait pas voir sa fille de deux ans.

18 mois de prison dont six mois fermes pour un ancien policier de Valence dans la Drôme. Il a été condamné ce jeudi après midi par le tribunal correctionnel  pour avoir utilisé les codes informatiques de ses collègues et fait de fausses mains courantes. A travers ces faux documents, il voulait "aider" son beau fils qui avait des problèmes pour récupérer sa petite fille dans le cadre d'une séparation. Les faux documents devaient appuyer sa demande auprès de la Justice. Son beau fils âgé est condamné lui à 12 mois de prison avec sursis. Les deux hommes devront verser solidairement 3 000 euros de dommages et intérêt à la jeune femme.

"J'ai vu la souffrance de ce petit"

En avril dernier, le policier à la barre se justifie "j'ai fait cela quand j'ai vu la souffrance de ce petit", c'est à dire le fils de sa compagne, un trentenaire qui ne peux voir sa fille après une séparation. Alors ce brigadier chef, à plusieurs reprises, demande au commissariat de Valence dans la Drôme les codes de trois collègues pour l'ordinateur.

Quand il ne peut voir l'enfant, le policier marque ses plaintes et mains courantes en leur nom et avec leur signature ou en les imitant. Elles sont ensuite transmises à l'avocat pour appuyer le dossier de séparation.

"De la haute trahison"

Le procureur se montre sévère : "le policier à trahi la confiance de ses chefs, ses camarades et de la justice c'est honteux et scandaleux. De la haute trahison". Le magistrat requiert 15 mois de prison pour le policier et surtout une interdiction de travailler pour trois ans. 12 mois pour le beau fils qui dit ne pas avoir compris toute la gravité de ces faux documents.

33 ans d'une carrière exemplaire

L'avocat des deux prévenus parle surtout d'une jeune mère qui s'obstine à ne pas présenter l'enfant à son père ... mais pour lui il n'y a pas "d'escroquerie au jugement". Le défenseur reconnaît lui aussi la faute mais rappelle que c'est un brigadier chef qui pendant 33 ans a agi au péril de sa vie. Il a été muté en Ardèche le temps de cette affaire. Il est à six mois de la retraite.