Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

VIDÉO - Gilets jaunes : un commandant de police filmé en train de frapper des manifestants à Toulon, l'IGPN saisie

dimanche 6 janvier 2019 à 13:44 - Mis à jour le lundi 7 janvier 2019 à 8:00 Par Mathilde Vinceneux et Julie Pacaud, France Bleu Provence et France Bleu

Un commandant divisionnaire de police de Toulon a été filmé ce samedi 5 janvier, en marge de la mobilisation des gilets jaunes, en train de frapper des manifestants. L'homme a déjà été sanctionné pour un coup-de-poing sur un collègue il y a deux ans. L'IGPN, la police des polices est saisie.

Extrait de la vidéo où l'on voit le commandant divisionnaire frapper un manifestant
Extrait de la vidéo où l'on voit le commandant divisionnaire frapper un manifestant © Radio France

Toulon, France

La vidéo circule sur les réseaux depuis hier soir, samedi 5 janvier. La scène se déroule avenue Vauban à Toulon, en marge de la manifestation des gilets jaunes. Dans la première partie, on y voit un policier en uniforme et à visage découvert, frapper violemment un manifestant à mains nues, avant d'être stoppé par des collègues CRS.

Plus tard dans la même vidéo, on reconnaît le fonctionnaire en train de plaquer un gilet jaune sur le capot d'une voiture avant de le rouer de coups. Il s'agit du commandant divisionnaire par intérim de Toulon, Didier Andrieux, responsable de près de 500 policiers et en service depuis 34 ans. Cette année, il fait partie de la promotion à la légion d'honneur du 1er janvier.  

Des manifestants qui participaient à des dégradations selon le parquet de Toulon

Selon le parquet de Toulon, le premier manifestant frappé par le commandant faisait partie d'un groupe d'une cinquantaine de personnes regroupées après la dispersion de la manifestation. Il ne portait pas de gilet jaune et participait à des dégradations avenue Vauban lorsque les forces de l'ordre ont voulu l'interpeller. Ils les a d'ailleurs menacé avec un tesson de bouteille selon les syndicats Unité SGP Police et Alliance. Le jeune homme a été placé en garde à vue. La deuxième personne frappée par le commandant et qui porte lui un gilet jaune participait aussi à des dégradations, toujours selon le parquet de Toulon. Il a été lui aussi placé en garde à vue. 

Le commandant divisionnaire blessé lors de la manifestation

Selon le syndicat Unité SGP Police, le commandant divisionnaire filmé en train de frapper les manifestants a lui-même été blessé lors du défilé, comme un autre fonctionnaire de la BAC de Toulon. 

"Il faut contextualiser, explique Julien Ventre, secrétaire départemental du syndicat majoritaire SGP Police dans le Var, cela fait plus d'un mois que ça dure, ce qui fait que les fonctionnaires de police n'ont quasiment plus de jour de congés, ils sont rappelés dès qu'ils ont fini leur service pour revenir, donc quand vous travaillez 7 jours sur 7, 18 à 20 h par jour, tout le monde est à bout".

De son côté, le procureur de la République de Toulon, Bernard Marchal, ajoute "Il y avait un contexte insurrectionnel avant et après ces vidéos, dans lequel il était impossible d'interpeller quelqu'un sans violence, et il a agi proportionnellement à la menace". 

L'IGPN, la police des polices saisie 

Cet officier de police qui a été filmé samedi en train de frapper plusieurs personnes lors d'une manifestation de "gilets jaunes" à Toulon (Var) "rendra des comptes", a affirmé dimanche sur franceinfo David Le Bars, le secrétaire général du SCPN, syndicat des commissaires de la police nationale.   

Dimanche soir, le préfet du Var a saisi l'IGPN, l'Inspection Générale de la Police Nationale. "Dans le cadre de mes responsabilités administratives, j'ai saisi l'IGPN afin qu'une enquête permette de faire toute la lumière sur les suspicions de violences policières à Toulon," a indiqué dans tweet Jean-Luc Videlaine. 

Un policier déjà sanctionné par sa hiérarchie pour un coup de poing sur un collègue

Selon une source proche du dossier contactée par France Bleu Provence, le commandant Didier Andrieux a été sanctionné il y a deux ans par sa hiérarchie pour avoir donné un coup de poing au visage d'un collègue. Le major visé, aujourd'hui à la retraite, a eu l'arcade sourcilière et le nez fracturé mais Didier Andrieux n'a pas été poursuivi, il a écopé simplement d'un avertissement. 

Une manifestante porte plainte après avoir été agressée 

Séverine, présente samedi lors de la manifestation à Toulon, a porté plainte dimanche pour violences par une personne dépositaire de l'autorité publique. Une plainte contre X mais elle assure avoir reconnu le commandant Didier Andrieux. Contactée par France Bleu Provence, cette ambulancière de 35 ans explique être intervenue Avenue Vauban alors qu'elle assiste à l'interpellation musclée d'un des manifestants par quatre à cinq policiers. "Je leur ai demandé de le laisser tranquille car il n'avait rien fait". Un autre policier en tenue de motard mais sans casque se rapproche alors d'elle et lui demande "de se casser", avant de lui asséner un coup de tête. Sonnée, elle a été accompagnée à l’hôpital par deux amies. Elle souffre d'une entorse cervicale et d'une incapacité totale de travail de deux jours. 

Lors de son dépôt de plainte, un fonctionnaire de police aurait insisté sur la gravité de telles accusations mais la manifestante lui confirme : " Je sais ce que j'ai vu, je sais ce que j'ai vécu. Ayant eu son front contre le mien pendant quelques secondes, je peux vous affirmer que je reconnaîtrais cette personne entre mille."