Faits divers – Justice

Un policier strasbourgeois en civil sauve une femme d'une agression : «Je ne suis pas un héros»

Par Alexandre Tandin, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu Gironde vendredi 24 avril 2015 à 19:00

Policier à Strasbourg (photo d'illustration)
Policier à Strasbourg (photo d'illustration) © MAXPPP

Philippe 29 ans, gardien de la paix à Strasbourg, en repos à Bordeaux a sauvé une joggeuse victime d'une agression sur le parcours de Bordeaux-Lac, lundi 20 avril. Sans hésiter, il a plaqué l'individu au sol pour le livrer à ses collègues et sauver la jeune mère de famille d’une agression certaine.

«J’étais en train de faire des tractions sur le parcours de santé quand j’ai vu cet individu bondir sur une femme habillée en rose.» C’est en civil et en vacances que Philippe a réalisé le plus beau flagrant délit de sa carrière ce lundi 20 avril, à 10h30, autour du lac de Bordeaux.

Quand Philippe voit les deux pieds de l’homme décoller du sol, il lui faut deux secondes pour réagir et comprendre qu’il ne s’agit pas d’un jeu. «J’ai vu où étaient situées les mains du mec, il était déjà dans le pantalon, dans la culotte. Il essayait de la mettre au sol et elle ne se laissait pas faire. Elle criait, mais avec des cris [pause] à glacer le sang. »

"Il montrait les dents comme un animal"

Ce jeune policier de 29 ans arrivé en poste à Strasbourg dès sa sortie d’école en 2009, n’hésite pas. Il tente de raisonner l’individu, lui dit qu’il est gardien de la paix, mais rien n’y fait. Ce dernier lui fait face: "Il montrait les dents comme un animal, les mains serrées. Il a commencé à regarder dans mon dos, je me suis dit, pas de chance, il n’est pas tout seul." C’est alors que l’homme a essayé de donner un coup de poing au policier. Ce dernier esquive, arrive à le maîtriser rapidement, le plaque au sol jusqu’à «l’arrivée des collègues ».

Je ne suis pas un héros

La victime a été conduite au commissariat, et c’est entourée de son mari et de ses enfants qu’elle a pu remercier son sauveur. L’homme était connu des services de police de Bordeaux pour un fait similaire dans le tram de la ville. Il avait également purgé une peine de prison dans son pays d’origine en Turquie.

"On doit tous agir de la sorte"

Le policier strasbourgeois ne veut pas pour autant qu’on le considère comme un héros. "J’ai agi en citoyen, on doit tous agir de la sorte." Il se dit soulagé que cette interpellation en flagrant délit puisse permettre de placer rapidement cet homme devant la justice "proprement" .

Mais au commissariat de Strasbourg, c’est un héros : "les collègues me voient de la sorte, ils me disent que c’est énorme, moi je ne me considère pas comme ça. C’est clair que je suis fier d’avoir agi de la sorte." A n’en pas douter, il aura beaucoup de chose à raconter à sa collègue lors de son retour au commissariat de Strasbourg.