Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un pompier du Calvados poursuivi pour deux incendies volontaires

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu

C'est un véritable coup de massue pour le centre de secours de Saint-Sever (Calvados). Un des jeunes pompiers volontaires a été placé en garde à vue jeudi pour une série d'incendies volontaires. Il sera jugé dans quelques mois pour deux faits commis dans le secteur en 2019 et 2020.

 Le jeune homme mis en cause a été suspendu à titre conservatoire par le Service départemental d'incendie et de secours.
Le jeune homme mis en cause a été suspendu à titre conservatoire par le Service départemental d'incendie et de secours. © Radio France - Marc Bertrand

La garde à vue n'a duré que quelques heures jeudi matin à la gendarmerie de Vire. Mais le retentissement a été considérable dans le centre de secours de Saint-Sever, composé d'une trentaine de pompiers, uniquement des volontaires. "Ils le vivent comme une trahison", résume le colonel Régis Déza, directeur du service départemental d'incendie et de secours du Calvados. L'un des leurs, un jeune homme de 22 ans, aurait en effet mis le feu volontairement dans le secteur en 2019 et 2020.

Procès début juillet à Caen

L'enquête menée par la brigade de gendarmerie de Vire porte sur une série d'incendies, mais au terme de la garde à vue" seuls deux faits ont été retenus, indique Amélie Cladière, procureure de la République de Caen. Le mis en cause est convoqué début juillet devant le tribunal de Caen pour y être jugé". 

Ne pas faire d'amalgame

Le colonel Déza tient à dissiper toute confusion dans les esprits. "Les faits reprochés concerne une seule personne, il ne faut pas faire de raccourci ni d'amalgame". Mais moralement, c'est l'ensemble du centre de secours qui est touché poursuit-il. "C'est une épreuve pour tous les pompiers locaux, et nous leur apportons tout notre soutien". Le jeune mis en cause est pour l'heure suspendu à titre conservatoire par sa hiérarchie. "S'il devait être condamné, il serait radié". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess