Faits divers – Justice

Un procès hors-normes au Tribunal de Grande Instance de Dijon

Par Adeline Tavet, France Bleu Auxerre et France Bleu Bourgogne mercredi 14 octobre 2015 à 18:48

Tribunal de grande instance de Dijon
Tribunal de grande instance de Dijon © Radio France - Adeline Tavet

Onze prévenus comparaissent à partir de ce mercredi 14 octobre pour recel d'objets d'art entre 2007 et 2009. Après l'examen des vols, qui n'ont pas pu être prouvés, le tribunal se penche sur le réseau structuré de revente de ces objets volés.

Dans le procès hors norme qui a démarré ce mercredi 14 octobre,  on compte une centaine de  victimes.  Il s'agit de familles fortunées qui se sont fait cambrioler entre 2007 et 2009. Du mobilier, du vin, des objets d'art ont ainsi été dérobés puis revendus. Ces vols se sont produits sur plusieurs départements, de la Bourgogne jusqu'au Rhône, mais le procès pour vol s'est conclu par un non lieu. Onze prévenus comparaissent désormais pour recel : le procureur va tenter de démontrer comment ils formaient un réseau très organisé d'écoulement de marchandise volée. 

Selon les éléments d'enquête, un homme serait au centre de ce réseau, chargé de faire le lien entre les voleurs et les revendeurs. Il récupérait des objets volés qu'il stockait avant de les distribuer. A ses côtés, il pouvait compter sur une dizaine de petites mains,  des hommes âgés de 50 et 74 ans, avec un long casier chargé. Ils ont tous déjà été condamnés pour vol, ou recel de bien volés.

Pour revendre la marchandise, le réseau a des liens avec des professionnels peu regardant sur la provenance des objets, un brocanteur, un  antiquaires et même un commissaire priseur. Certaines situations sont dignes d'un film d’escroquerie. Comme l'histoire d'une pendules de collection, volée une première fois puis revendue par l'un des prévenus, le brocanteur. Cet horloge a ensuite été à nouveau volée pour être revendue. 

Ce réseaux dépasse les frontière de la région et même de la France. A la barre, un revendeur hollandais fait partie des prévenus. Il venait régulièrement à Beaune pour faire des achats dans l'un des boxes où la marchandise était stockée. Chez lui, aux Pays Bas, les enquêteurs ont identifié des objets provenant de 4 cambriolage dans la région...

L'enquête estime le préjudice à 370 000 euros, mais cela s'applique uniquement aux objets retrouvés. En raison de la large zone géographique et du grand nombre de victime, il est difficile d'établir un montant globale des préjudices.