Infos

Loire : une professeure blessée à la hachette au lycée Beauregard de Montbrison

Par Angy Louatah et Yves Renaud, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu jeudi 1 décembre 2016 à 11:23

Le lycée Beauregard de Montbrison.
Le lycée Beauregard de Montbrison. © Radio France - Yves Renaud

Jeudi matin, les forces de l'ordre ont interpellé un élève du lycée Beauregard de Montbrison. Il a d'abord blessé une élève et ensuite une enseignante qui tentait de l'arrêter.

Vers 9 heures jeudi matin, un élève du lycée Beauregard, à Montbrison, est surpris en train de fouiller dans le sac d'une de ses camarades. Elle lui demande de cesser, mais il l'agresse dans le dos avec une hachette. Elle s'enfuit dans le couloir en appelant à l'aide et c'est cette fois une professeure de musique de 58 ans qui s'interpose. Là encore, agression directe du jeune homme avec cette fois un coup porté au visage de l'enseignante.

Fort heureusement, les deux blessures de l'élève et de la professeure se révèlent assez légères. L'agresseur est ensuite ceinturé par l'infirmière scolaire, le temps que les hommes du PSIG, la section d'intervention de la gendarmerie de Montbrison, arrivent sur place, en moins de huit minutes.

"Nous sommes face à un jeune homme très fortement alcoolisé, porteur d'armes blanches"(colonel Jean-François Morel).

Le colonel Jean François Morel

le procureur et le patron des gendarmes de la loire font le point - Radio France
le procureur et le patron des gendarmes de la loire font le point © Radio France - yves renaud

Le procureur de la République de Saint-Étienne, Jean Daniel Regnauld, et le patron des gendarmes de la Loire, le colonel Jean-François Morel, confirment que le garçon était fortement alcoolisé au moment des deux agressions. Ils ont retrouvé dans son sac deux bouteilles de bière vides et une bouteille de whisky aux trois quarts vide. Un taux d'alcoolémie proche du coma éthylique pour un garçon de sa corpulence et de son âge. Les gendarmes ont également retrouvé deux couteaux, et la hachette.

Jean Daniel Regnauld le Procureur de la République

La présence de ces trois armes blanches introduites par le jeune homme scolarisé en Première S risque de faire peser de lourdes charges contre lui. Le procureur pourrait retenir le chef de double tentative d’assassinat, ce qui lui vaudrait en théorie une peine de perpétuité aux assises. Il faudra toute de même attendre son audition dans la journée de vendredi dès qu'il sera sorti de l’hôpital.

"L'enquête est ouverte pour tentative d'assassinat puisqu'il est venu avec des armes et qu'il les a utilisées vers des zones létales" (Jean Daniel Regnauld, procureur de la République de Saint-Étienne).

Dans ce lycée sécurisé par une brigade de la gendarmerie, une cellule psychologique a été ouverte pour pouvoir répondre aux questions des parents et rassurer les élèves. Cette cellule psychologique est composée d'un médecin scolaire, d'une infirmière scolaire et d'un psychologue. Elle est mise en place pour la journée et sera reconduite jour après jour en cas de besoin. L'accueil des élèves se fait toujours au lycée Beauregard. Trois agents mobiles du rectorat de Lyon sont venus en renfort pour sécuriser l'établissement.

Montbrison, dans la Loire - Visactu
Montbrison, dans la Loire © Visactu -

Partager sur :