Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Les rues de Strasbourg sillonnées par la police

DIRECT - Fusillade à Strasbourg : le tireur en fuite identifié

Faits divers – Justice

Un professeur d'université ironique poursuivi pour provocation à la haine raciale

mardi 26 janvier 2016 à 19:06 Par Paul Biondi, France Bleu Vaucluse

Bernard Mezzadri voulait ironiser en reprenant des propos polémiques de Manuel Valls en 2009 sur "les blancos". Il se retrouve mercredi au tribunal correctionnel d'Avignon. Ses défenseurs appellent à manifester devant le palais de justice au nom de la liberté d'expression.

© Maxppp - Michel Clementz

Avignon, France

L'enseignant-chercheur en histoire de 55 ans est connu pour être un homme de gauche. 

Au mois de mai dernier, alors qu'une délégation de la fac d'Avignon devait être reçue par le Premier ministre, Bernard Mezzadri s'est souvenu d'un reportage télé de 2009 dans lequel le député-maire d'Evry demandait à ce qu'on fasse rentrer plus de "blancos" dans le champ de la caméra. Autrement dit : moins de représentants des minorités visibles

Des propos qu'il a repris dans un mail à usage strictement interne à l'Université.

Mais ce mail a circulé jusqu'à la présidence de la fac puis au recteur pour finir sur le bureau du procureur de la République d'Avignon qui a décidé de poursuivre le prof en justice. Son procès a lieu mercredi après-midi.

Le Parti de gauche, le Snesup-FSU, des étudiants et philosophes dénoncent ces poursuites. Un comité de soutien a fait circuler une pétition forte de 9 000 signatures et appelle à manifester mercredi à 14h devant le palais de justice d'Avignon.