Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

Un projet de méga-scierie fait craindre une déforestation des Pyrénées

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Ce projet, porté par un industriel italien et poussé par la communauté de communes de Lannemezan (Hautes-Pyrénées) conduirait à une exploitation sans précédent du bois de hêtre dans les Pyrénées. A tel point que les opposants craignent une déforestation de l'ensemble de la chaîne.

Pour alimenter l'usine, il faudrait couper du bois sur toute la chaîne des Pyrénées, selon les opposants.
Pour alimenter l'usine, il faudrait couper du bois sur toute la chaîne des Pyrénées, selon les opposants. © Radio France - Mathieu Ferri

La méfiance grandit dans les Pyrénées, face au projet de méga-scierie, à Lannemezan (Hautes-Pyrénées). Le groupe industriel italien Florian envisage de créer une super usine pour exploiter le bois de hêtre, appuyée par la communauté de communes. Une bonne nouvelle pour l'emploi, mais du tout pour les forêts du massif, selon les opposants.

Car pour nourrir le site, il faudrait couper du bois partout, sur toute la chaîne, sur les sommets comme dans le piémont, du Pays Basque à la Catalogne en passant par le Béarn, la Bigorre, le Comminges et l'Ariège.

La taille du projet est vraiment démesurée.

Le collectif "SOS Forêt Pyrénées" s'est créé il y a quelques mois, et il s'organise pour lutter contre le projet. Pour les écologistes, mais aussi la plupart des professionnels du bois installés dans la région, ce projet est inadapté, trop grand. "La taille du projet est vraiment démesurée par rapport à la forêt pyrénéenne", explique ainsi Philippe Falbet, membre du collectif.

Toutes les forêts concernées

Ce spécialiste de la forêt ajoute que le volume annuel de bois de hêtre demandé est "inédit, de l'ordre de 250.000 mètres cubes par an". Ce qui représente "deux fois et demi le volume de bois de hêtre total scié par tous les scieurs des Pyrénées". Pour lui, c'est clair : "La ressource n'existe pas, elle est impossible à fournir".

Philippe Falbet : "Bien sûr qu'on a besoin de bois, mais pas comme ça"

Car serait coupé du hêtre de bonne qualité, mais pas seulement. La demande est telle qu'il faudrait aussi viser du deuxième, "voire du troisième choix", détaille Pierre Sanguinet, président Occitanie de la Fédération Nationale du Bois. Et aller en chercher dans des forêts jusqu'ici épargnées. S'il n'y en a pas assez, des camions pourraient même venir du Massif Central, assurent les opposants. Outre la quantité impossible à tenir, le professionnel du bois met aussi en avant l'importance "patrimoniale" de la forêt pyrénéenne.

Pierre Sanguinet : " Ce n'est pas tenable pour le massif pyrénéen"

Sur France Bleu Occitanie, Pierre Sanguinet dit s'opposer à "un projet trop grandiose, assez dangereux" et "qui ne sera pas approvisionné". Le président Occitanie de la Fédération Nationale du Bois ne voudrait pas "avoir la responsabilité d'acquiescer sur un projet et demain se voir reprocher d'avoir créé une friche industrielle".

L'intercommunalité mise sur l'emploi

Le bois découpé à Lannemezan servirait pour des planchers, certains morceaux pourraient être ensuite être transportés en Italie, pour subir une deuxième transformation. La communauté de communes du Plateau de Lannemezan met en avant l'emploi, jusqu'à 70 salariés, et se base sur trois études (IGN, ONF et Cofor) pour dire que la ressource en bois est disponible. Le projet a été présenté en conseil communautaire en janvier dernier.

Mais les détracteurs craignent que les Italiens s'en aillent aussi vite qu'ils sont arrivés, une fois qu'ils auront tout exploité. Un désastre écologique, mais aussi économique. Car il sera difficile pour les petites scieries des Pyrénées de continuer à exister face au mastodonte italien, qualifié de "sérieux".

C'est un projet qui fait peur.

Les opposants ne sont pas contre une meilleure exploitation du hêtre dans les Pyrénées, mais pas autant. Selon eux, il faudra une poignée d’années pour couper ces bois, mais des décennies pour que la forêt pyrénéenne s’en remette. "C'est un projet qui fait peur" juge Philippe Falbet.

Des réunions publiques sont prévues ces prochains jours, organisées par le collectif : ce jeudi 25 juin à Capvern (Hautes-Pyrénées), le 30 à Saint-Gaudens (Haute-Garonne), le 1er juillet à Oloron-Sainte-Marie (Pyrénées-Atlantiques).

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu