Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un psychiatre sarthois condamné à 5 mois de prison pour exercice illégal de la médecine

mercredi 16 mai 2018 à 19:25 Par Yann Lastennet, France Bleu Maine

Un psychiatre sarthois était jugé hier par le tribunal correctionnel du Mans. Il a été reconnu coupable d'avoir exercé son métier entre le 23 juillet 2017 et le 9 mars 2018, alors qu'il était suspendu par l'ordre des médecins. Il a aussi fait de fausses ordonnances.

Le psychiatre sarthois a été condamné à 5 mois de prison ferme pour exercice illégal de la justice
Le psychiatre sarthois a été condamné à 5 mois de prison ferme pour exercice illégal de la justice © Radio France - yann lastennet

Le Mans, France

Il y a d'abord ces ordonnances antidatées produites par les patients du ce psychiatre sarthois. "Je n'ai rien fait" répond le médecin. Mais il y a aussi cette ordonnance du 9 août "alors que vous aviez interdiction d'exercer depuis le 23 juillet" lui fait remarquer le président du tribunal. " Il y a votre tampon et votre signature". "Ce n est pas mon écriture" répond du tac au tac" le psychiatre âgé de 69 ans. "Ce sont peut être mes patients qui ont produit des faux". Pourtant aucun vol d' ordonnance n a été signalé précise la représentante de la CPAM de la Sarthe qui s est portée partie civile. Certes le préjudice financier est minime : 180 euros et 36 centimes de remboursement de médicaments mais c'est une question de principe."Et puis pourquoi ne pas avoir porté plainte pour faux et usage de faux" ajoute le président. " Je n y ai pas pensé" répond, penaud, le praticien. 

On a sorti l'artillerie lourde

Il y a aussi ce patient qui affirme avoir consulté le psychiatre le 21 août et en octobre 2017 soit 3 mois après le début de sa suspension. " C'est faux ! il ment. Je l'ai peut être rencontré dans la rue". "Vous avez réponse à tout " ironise le président "mais vous faites  peu de cas des décisions de justice". Une remarque qui irrite le psychiatre manceau. "Là c'est de la provocation de votre part lance-t-il au tribunal. Des réponses peu convaincantes pour la procureur de la république qui requiert 5 mois de prison sans aménagement de peine. "On a sorti l'artillerie lourde" réplique l'avocat du psychiatre qui demande la relaxe de son client car pour lui, il n y a pas l'ombre d'une preuve. "Cette affaire, c'est du Canada Dry". Mais sa défense fait pschitt !

Le tribunal condamne donc l'ancien médecin à 5 mois de prison avec aménagement de peine ainsi qu'à 5 ans d'interdiction d'exercice de son métier. Ce qui ne devrait pas gêner le médecin qui est à la retraite depuis le 1er janvier. Le psychiatre sarthois a dix jours pour faire appel du jugement.