Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un psychiatre sarthois suspendu trois mois pour des gestes déplacés sur une de ses patientes

mercredi 18 octobre 2017 à 19:35 Par Yann Lastennet, France Bleu Maine et France Bleu

Le docteur Jean Paul Guittet, psychiatre au Mans, est suspendu pour 3 mois. Le conseil régional de l'ordre des médecins estime qu'il a eu des gestes déplacés envers l'une de ses patientes. Elle rejette en revanche l'accusation de viol, faute de preuve. Le psychiatre a décidé de faire appel.

La chambre disciplinaire de l'ordre des médecins n'a pas retenu l'accusation de viol d'une ancienne patiente du docteur Guittet, faute de preuve.
La chambre disciplinaire de l'ordre des médecins n'a pas retenu l'accusation de viol d'une ancienne patiente du docteur Guittet, faute de preuve. © AFP - AFP - GARO/PHANIE

Le Mans, France

C'est une ancienne patiente du docteur Guittet qui a saisi la chambre disciplinaire de l'ordre des médecins. Elle affirme avoir été violée par le psychiatre en 1989. "J'avais 27 ans à l'époque. J'en ai parlé à mon médecin traitant qui m'a écoutée mais n'a rien fait !" Ce n'est qu'en 2015, lorsqu'elle apprend que d'autres patientes dénoncent les agissements du docteur Guittet, qu'elle porte plainte. Mais il est trop tard, les faits sont prescrits. Elle saisit alors l'ordre des médecins de la Sarthe qui organise une confrontation en novembre 2016. Le psychiatre nie avoir violé sa patiente. Il reconnait seulement des gestes d'empathie "comme prendre des femmes dans mes bras, mais rien de sexuel". Le psychiatre sarthois parle de gestes mal interprétés. " C'est sans doute un tort. Je m'en rends compte maintenant" poursuit le médecin qui envisage de faire appel de la décision de la chambre disciplinaire. Mais pour le docteur Joly, le président du conseil de l'ordre des médecins de la Sarthe, "prendre une patiente dans ses bras ou lui caresser les cheveux, c'est déjà contraire au code de déontologie de la médecine. Et c'est pour cela que le docteur est suspendu 3 mois".

La chambre disciplinaire juge crédible l' accusation de viol mais la rejette faute de preuve

Car la chambre disciplinaire n'a pas retenu l'accusation de viol, qu'elle juge pourtant crédible mais faute de preuve, elle est rejetée. "C'est écrit noir sur blanc" précise le docteur Joly qui a porté plainte aux côtés de la victime, en tant que président du conseil de l'ordre des médecins de la Sarthe. "Je trouve cela anachronique. Il ne faut plus qu'il y ait de délai de prescription dans ces affaires qui relèvent de la cours d'assises. Des faits aussi graves ne devraient pas relever d'une juridiction professionnelle qui n'a pas les moyens d'enquête d'un juge d'instruction".

Le docteur Frédéric Joly, président du conseil de l'ordre des médecins de la Sarthe, estime que ce genre d'affaire est du ressort de la justice et non pas d'une juridiction professionnelle

L'ancienne patiente qui n'a pas souhaité s'exprimer publiquement est choquée. "Je suis écoeurée. 3 mois d'interdiction d'exercer pour un viol, c'est injuste". Elle a l'impression de se heurter à un mur, celui du silence du milieu médical car ce n'est pas la première fois que le conseil de l'ordre est saisi à l'encontre du docteur Guittet. En 2006, une autre patiente accusait le psychiatre de l'avoir violée sans que le médecin soit sanctionné. Le psychiatre sarthois a décidé de faire appel de la décision. L'appel étant suspensif, Jean Paul Guittet peut continuer à exercer son métier. L' affaire est donc renvoyée devant le Conseil national de l'Ordre des médecins à Paris.