Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un réseau de passeurs albanais devant la justice à Metz

mardi 29 mai 2018 à 18:17 Par Cécile Soulé, France Bleu Lorraine Nord

12 passeurs présumés jugés pour avoir aidé des migrants albanais à voyager en Moselle, en région parisienne et jusqu'en Hollande entre juillet 2016 et septembre 2017. Tous minimisent leur responsabilité. Au final, 5 ont été relaxés et 7 condamnés à des peines de 4 mois à 1 an de prison ferme.

Le Palais de justice de Metz
Le Palais de justice de Metz © Maxppp - PQR

Metz, France

Un réseau de passeurs de migrants albanais à la barre du tribunal correctionnel de Metz ce mardi et ce mercredi.  11 hommes et une femme, des Albanais et Kosovars âgés de 21 à 43 ans, sont poursuivis pour des faits entre juillet 2016 et septembre 2017. La justice leur reproche d'avoir aidé et véhiculé des migrants albanais à Metz et ses environs mais aussi en région parisienne et pour l'une des équipes jugées, jusqu'en Hollande pour passer en Angleterre. Mais tous minimisent leur responsabilité.

J'emmenais des gens de France ailleurs en Europe, c'est tout

La salle d'audience semble bien petite pour rassembler à la barre un interprète, des avocats, des surveillants de prison et 10 prévenus (certains sont en détention, d'autres sous contrôle judiciaire). Un autre est en fuite et un dernier absent. Tous sont habillés simplement, t-shirt, jean ou survêtement, loin de l'image du chef mafieux. Mais le système semblait bien rôdé. 

Un 1er réseau acheminait des migrants albanais depuis Metz jusqu'en Hollande, dans des véhicules personnels ou des remorques de camions. Le trajet était facturé 6.500 euros par adulte. Et chaque conducteur recevait environ 150 euros par voyage. La Police aux frontières qui a mené l'enquête a constaté 9 voyages en un an, pour une vingtaine de personnes à chaque  fois. 

Oui ils ont aidé des étrangers, mais pas des étrangers en situation irrégulière

La 2e équipe véhiculait les migrants en Moselle et en région parisienne, pour leur démarche de demande d'asile. "Quel était votre rôle", demande la présidente du tribunal Marie-José Miceli à l'un des chefs de réseau présumé. "J'emmenais des gens de France ailleurs en Europe, c'est tout". Les petites mains de ces équipes font la même réponse. 

Leurs avocats enchaînent: "Oui ils ont aidé des étrangers, mais pas des étrangers en situation irrégulière" avance Me Philippe Quatreboeufs, en faisant référence à une convention qui permet aux Albanais de séjourner légalement pendant 3 mois en France. Tous les avocats ou presque demandent une relaxe. Ce qui fait dire à un autre avocat, Me Thomas Hellenbrand : "C'est un dossier volumineux mais qui, à mon sens, ne devrait même pas accoucher d'une souris". 

Au final, 5 d'entre eux ont été relaxés, ils appartiennent à la seconde équipe. Ceux de la 1ere équipe, les 7 autres, en revanche, sont condamnés à des peines allant de 4 mois à 1 an de prison. Ils vont sortir de prison car ils ont déjà accompli ces peines lors de leur détention provisoire.  Ils écopent aussi de peines d'amende de 2.000 à 10.000 euros. Et ils n'ont aucune interdiction d'entrer sur le territoire (contrairement à ce qu'avait requis le parquet).