Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un réseau de voleurs de métaux devant le tribunal de Dijon

dimanche 31 janvier 2016 à 17:22 Par Naïs Esteves, France Bleu Bourgogne

C'est un procès hors norme qui s'ouvre lundi 1er février devant le tribunal correctionnel de Dijon. Vingt-et-un prévenus originaires de Roumanie comparaissent pour une trentaine de vols de métaux commis en Bourgogne et dans le sud de la France entre avril et octobre 2014.

La SNCF Réseau estime les dégâts de ces vols à plus de 620.000 euros.
La SNCF Réseau estime les dégâts de ces vols à plus de 620.000 euros. © Maxppp

Dijon, France

Le procès s'annonce déjà long et compliqué. A la barre, vingt-et-un prévenus devront s'expliquer sur une trentaine de vols. Des cambriolages commis en Bourgogne, à Gevrey-Chambertin, Nuits-St-Georges et Venarey-les-Laumes (Côte-d'Or), Autun et Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) mais aussi dans le sud de la France entre avril et octobre 2014.

L'enquête a pu remonter vers cette équipe très organisée, qui repérait les sites des entreprises et entrepôts avant de retourner voler du cuivre et d'autres métaux dans la nuit. Très friands surtout des emprises de la SNCF, principale victime de cette série pour un préjudice estimé à 620.000 euros.

Les vols auraient permis d'écouler 90 tonnes de métaux pour un montant de 400.000 euros.

C'est la section de recherche de la gendarmerie de Dijon qui a piloté l'enquête. En novembre 2014, douze personnes de nationalité roumaine avaient été interpellées. Les 250 forces de l'ordre déployées dans cinq camps avaient alors retrouvé des morceaux de câble et du cuivre appartenant à la SNCF. Les enquêteurs avaient ensuite retrouvé le réseau de revente qui aurait permis d'écouler 90 tonnes de métaux pour un montant de 400.000 euros. L'argent était ensuite envoyé en Roumanie, notamment pour construire des maisons.

Des receleurs basés dans le Sud seront donc aussi à la barre pendant ces quatre jours de procès. Il s'agit de déterminer le rôle de chacun des vingt-et-un prévenus dans cette affaire de grande ampleur.