Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un réseau européen de recel de passeports démantelé à Paris

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Huit personnes dont six en région parisienne ont été interpellées en début de semaine, annonce, ce vendredi, l'office centrale pour la répression de l'immigration irrégulière et l'emploi d'étrangers. Les passeports volés à Paris étaient envoyés vers la Grèce ou la Turquie.

Passeports
Passeports © Radio France - Nathalie de Keyzer

Paris, France

Tout débute dans les premiers mois de l'année 2016. Deux belges sont arrêtés en Turquie avec 130 passeports français. En remontant la piste des documents, les enquêteurs découvrent qu'ils ont été volés à Paris. Ils sont ensuite rachetés par des receleurs du quartiers Barbès. Les polices françaises, allemandes, grecques et turques sont sur le coup. 

Le "cerveau" dirigeait le trafic depuis une prison parisienne

La tête du réseau est identifiée et opère depuis une prison parisienne. Cet Algérien de 41 ans gère le trafic par téléphone depuis sa cellule. Une fois volés, les papiers sont stockés dans les sous-sols de l'hôpital Lariboisière. Un lieu simple d'accès pour récupérer les passeports et les envoyer par colis en Grèce et en Turquie. La-bas des faussaires modifient les photos ou cherchent des clients aux visages proches de l'original. 

2000 documents d'identité ont pu être écoulés par cette méthode selon le commissaire chargé de l'affaire. Les six suspects parisiens ont été écroués.

Choix de la station

France Bleu