Faits divers – Justice

Un résident côte-d'orien impliqué dans une affaire de trafic de drogue en Lorraine

Par Arnaud Racapé, France Bleu Bourgogne lundi 8 août 2016 à 15:00

844 kilos de cannabis ont été découverts dans un box de garage à Neuve-Maison, près de Nancy, le 31 juillet
844 kilos de cannabis ont été découverts dans un box de garage à Neuve-Maison, près de Nancy, le 31 juillet © Maxppp - J. PHILIPPON

Une importante saisie de cannabis réalisée le 1er août en Lorraine pourrait bien rebondir ici en Côte-d'Or. 844 kilos de drogue ont été découverts et trois hommes placés en détention provisoire. Or l'un d'eux habite depuis peu à Gevrey-Chambertin.

Le 1er août en Lorraine, 844 kilos de résine de cannabis étaient saisis à Neuves-Maisons. Trois personnes étaient interpellées, dont une résidant à Gevrey-Chambertin en Côte-d'Or.

L'homme de 37 ans, sans emploi, est né en Lorraine. Mais il s'est récemment installé en Côte-d'Or. Les perquisitions menées à son domicile n'ont rien donné, et à ce stade de l'instruction, rien n'indique que la drogue ait transité par Gevrey-Chambertin, nuance le substitut du procureur à la JIRS, la juridiction interrégionale spécialisée de Nancy, Jean Richert.

Trop tôt pour établir un lien avec la Bourgogne

"Pour l'instant il est beaucoup trop tôt pour le dire, les investigations se poursuivent notamment pour préciser les responsabilités de chacun des trois malfaiteurs mais aussi pour déterminer l'origine et la destination de ces produits, explique Jean Richert. Le fait que l'une des trois personnes soit domiciliée en Côte-d'Or ne reflète pas, en tout cas à l'heure qu'il est, d'activité de ce groupe organisé en Bourgogne."

Le centre névralgique de l'affaire reste donc pour l'instant la Lorraine, et plus précisément la commune de Neuve-Maison, tout près de Nancy. C'est là que les 850 kilos de cannabis ont été découverts dans un box de garage, et là aussi que les trois hommes ont été interpellés le 1er août au soir.

Le groupe d'observation et de surveillance de Dijon impliqué dans l'interpellation du trio

"Un rendez-vous devait avoir lieu ce soir-là entre les trois malfaiteurs. Les gendarmes ont donc mis en place un dispositif d'interpellation qui a été commandé par la section de recherche de Nancy et qui incluait deux groupes, les groupes d'observation et de surveillance de Metz et de Dijon", détaille Jean Richert.

Une opération difficile, en plein centre-ville, qui a nécessité une vraie coopération entre les services de la JIRS : "La JIRS est une juridiction spécialisée qui a un ressort géographique élargi, et qui comprend notamment la cour d'appel de Dijon et qui est amenée à a travailler avec plusieurs services. En l’occurrence le service qui dirigeait cette enquête, c'était la section de recherche de Nancy. Mais la section de recherche de Nancy a pu compter sur une unité bourguignonne, qui a pu participer à l'interpellation de l'un des trois malfaiteurs."

En garde à vue, les trois hommes, dont deux sont connus des services de police, ont reconnu leur participation au trafic. Présentés à un juge d'instruction vendredi dernier, ils ont été mis en examen notamment pour importation de produits stupéfiants en bande organisée, délit passible de trente ans d'emprisonnement.