Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un Sarthois condamné pour "corruption de mineur"

-
Par , France Bleu Maine

Cet homme de 37 ans écope de douze mois de prison dont six mois avec sursis et mise à l'épreuve. Sur les réseaux sociaux et par textos, il a envoyé de nombreux messages et photos à caractère pornographique pendant environ un an à un jeune homme de 14 ans .

A l'issue de l'audience, le prévenu est retourné en prison
A l'issue de l'audience, le prévenu est retourné en prison © Radio France - Bertrand Hochet

Le Mans, France

A la barre du tribunal, le prévenu s'explique longuement. D'une voix claire et assurée, il raconte comment il est entré en contact avec le jeune homme, via le réseau social Facebook. Il reconnaît les échanges de textos et un coup de fil dans lequel son interlocuteur "ne faisait pas son âge". Le président lit quelques uns des messages à caractère explicitement pornographique envoyés à l'adolescent sarthois âgé de 14 puis 15 ans. "Je ne savais pas qu'il était mineur", se défend le prévenu, actuellement en détention provisoire. 

"Rappeler qu'il y a des limites"

Pour se justifier, l'homme de 37 ans évoque de la "littérature homosexuelle". Une expression qui fait bondir le Procureur de la République, lequel dénonce, au contraire, "des déviances préjudiciables" à la victime. Il décrit le Sarthois comme quelqu'un de "pervers", vivant "dans un monde de fantasmes". Le Ministère public enfonce le clou : "la justice doit rappeler au prévenu qu'il y a des limites". Le tribunal condamne le Sarthois à douze mois de prison dont six avec sursis et mise à l'épreuve. Son nom sera également inscrit dans le fichier des auteurs d'infractions sexuelles