Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un SDF agressé dans la rue à Pau, la police ne prend pas sa plainte

Pau, France

Kip vit dans la rue à Pau. Samedi 24 février, il a été agressé sans motif dans la rue. Le lendemain, il s'est rendu à quatre reprises au commissariat. Aucun fonctionnaire de police n'a voulu prendre sa plainte.

La police a refusé de prendre la plainte de Kip
La police a refusé de prendre la plainte de Kip © Radio France - Daniel Corsand

Un SDF agressé à Pau n'a pas réussi à faire enregistrer sa plainte au commissariat. L'agression remonte à samedi dernier, le 24 février. Une agression dont nous avons été témoin. Une agression violente, sans motif, près des halles à Pau. Un homme seul, très nerveux a frappé Kip, c'est son surnom, alors qu'il était assis par terre. Un coup de pied dans la tête, et beaucoup d'autres une fois allongé au sol. L'inconnu a balancé les deux sacs de Kip au milieu de la rue. Il lui a aussi jeté des canettes dessus, et même un panneau d'interdiction de stationner. Kip s'est rendu à quatre reprises au commissariat. A chaque fois, la police a refusé de prendre sa plainte. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Gérer mes choix

Quatre tentatives de dépôts de plaintes

Kip s'est rendu au commissariat dès le lendemain matin à 7 heures et demie. On lui a demandé de revenir à 8 heures. Ce qu'il a fait. Un policier lui a expliqué que, sans certificat médical, il ne pouvait pas prendre sa plainte. Il est revenu une troisième fois. Et lors de cette troisième tentative, le policier lui a posé une drôle de question : "connaissez-vous l'identité de votre agresseur?". Kip a répondu que non. Le policier lui alors expliqué qu'il ne pouvait prendre sa plainte. À sa quatrième visite, on a fait à Kip la même réponse désespérante.

"C'est un loupé" selon la hiérarchie

La hiérarchie a réagi. La cheffe départementale de la police, Brigitte Pommereau, reconnait que c'est "un loupé de ses services", c'est son expression. Kip est invité à se présenter dès aujourd'hui au commissariat, et ses services s'engagent à enfin prendre sa plainte, et mener l'enquête que ces faits méritent.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess