Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un SDF agressé dans la rue à Pau, la police ne prend pas sa plainte

-
Par , , France Bleu Béarn, France Bleu

Kip vit dans la rue à Pau. Samedi 24 février, il a été agressé sans motif dans la rue. Le lendemain, il s'est rendu à quatre reprises au commissariat. Aucun fonctionnaire de police n'a voulu prendre sa plainte.

La police a refusé de prendre la plainte de Kip
La police a refusé de prendre la plainte de Kip © Radio France - Daniel Corsand

Pau, France

Un SDF agressé à Pau n'a pas réussi à faire enregistrer sa plainte au commissariat. L'agression remonte à samedi dernier, le 24 février. Une agression dont nous avons été témoin. Une agression violente, sans motif, près des halles à Pau. Un homme seul, très nerveux a frappé Kip, c'est son surnom, alors qu'il était assis par terre. Un coup de pied dans la tête, et beaucoup d'autres une fois allongé au sol. L'inconnu a balancé les deux sacs de Kip au milieu de la rue. Il lui a aussi jeté des canettes dessus, et même un panneau d'interdiction de stationner. Kip s'est rendu à quatre reprises au commissariat. A chaque fois, la police a refusé de prendre sa plainte. 

Quatre tentatives de dépôts de plaintes

Kip s'est rendu au commissariat dès le lendemain matin à 7 heures et demie. On lui a demandé de revenir à 8 heures. Ce qu'il a fait. Un policier lui a expliqué que, sans certificat médical, il ne pouvait pas prendre sa plainte. Il est revenu une troisième fois. Et lors de cette troisième tentative, le policier lui a posé une drôle de question : "connaissez-vous l'identité de votre agresseur?". Kip a répondu que non. Le policier lui alors expliqué qu'il ne pouvait prendre sa plainte. À sa quatrième visite, on a fait à Kip la même réponse désespérante.

"C'est un loupé" selon la hiérarchie

La hiérarchie a réagi. La cheffe départementale de la police, Brigitte Pommereau, reconnait que c'est "un loupé de ses services", c'est son expression. Kip est invité à se présenter dès aujourd'hui au commissariat, et ses services s'engagent à enfin prendre sa plainte, et mener l'enquête que ces faits méritent.

Choix de la station

France Bleu