Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Un seul randonneur verbalisé en montagne ce week-end en Isère : "Le message est passé" pour le PGHM

-
Par , France Bleu Isère

Une seule contravention au départ de randonnées en montagne ce week-end en Isère. Les gendarmes du PGHM continuent leurs contrôles mais constatent enfin "un vrai coup de frein" dans les sorties par rapport au début du confinement.

L''hélicoptère du PGHM au dessus des glaciers du massif du Mont-Blanc
L''hélicoptère du PGHM au dessus des glaciers du massif du Mont-Blanc - PGHM Chamonix

Verbalisé dans un refuge à 1.700 mètres d'altitude en Belledonne

Un randonneur d'une trentaine d'années a été verbalisé samedi par les gendarmes du PGHM qui font des contrôles depuis le début du confinement pour calmer les ardeurs de ceux qui voudraient aller en montagne. L'homme s'était "confiné" dans le refuge d'Aiguebelle en Belledonne,  à plus de 1700 mètres d'altitude, bien loin du périmètre explicite d'un km de son domicile imposé par les mesures gouvernementales. Il a été invité à  rejoindre sa voiture sur le parking de Prabert , à rentrer chez lui et à payer 135 euros d'amende (il n'était pas récidiviste).

Une seule contravention dans le week-end

Cette contravention a été la seule rédigée par les gendarmes du PGHM qui se rendent régulièrement sur des départs de randonnée pour faire des contrôles. Si dans les premiers jours du confinement, les pratiquants étaient nombreux à ignorer, volontairement ou pas, les interdictions, désormais ils constatent un "vrai "coup de frein" aux sorties  en montagne. 

Les pratiquants ont entendu les messages

Les autres personnes contrôlées dans le week-end étaient toutes en règle, c'est à dire à proximité de leurs lieux de confinement."Le message est passé", estime le capitaine Patrick Poirot qui commande le PGHM de l'Isère.  "Il y a encore des gens qui sortent, mais à la marge. On va continuer à être présents". 

Les patrouilles vont se poursuivre tous les jours  pendant le confinement

"Il y aura encore des patrouilles tous les jours sur les sites de randonnées, une équipe le matin, une autre l'après-midi",  prévient le capitaine Poirot . "En ciblant les lieux où l'on nous signale des randonneurs. On ne peut pas baisser la garde en ce moment."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu