Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un squelette retrouvé à la Bastille de Grenoble

jeudi 14 juin 2018 à 20:00 Par Lionel Cariou, France Bleu Isère

Des joggeurs ont découvert mercredi soir des ossements sur le site du fort de la Bastille à Grenoble. Ils paraissent très anciens. Ces ossements ont été envoyés pour expertise au laboratoire de police scientifique de la Gendarmerie nationale, en région parisienne.

La Bastille (illustration)
La Bastille (illustration) - Sébastien Bruneau

Grenoble, France

Ce sont des étudiants en médecine qui ont fait cette découverte pendant leur jogging ce mercredi soir : ils sont tombés sur un crâne, un bassin et deux vertèbres. Les ossements se trouvaient dans une galerie des fortifications de la Bastille ; une galerie qui servait d'armurerie ou de poudrière. Cette salle souterraine a ensuite été utilisée pour entreposer des produits radioactifs non dangereux.

Des ossements probablement très anciens

Depuis, la zone a été dépolluée. L'endroit est régulièrement occupé par des sans-abris et des fêtards. Les deux étudiants en médecine ont voulu explorer la galerie et c'est au milieu de déchets de toute sorte qu'ils ont reconnu un squelette humain. Il s'agirait d'un adolescent ou d'une femme selon les premières constatations. 

Le site a aussitôt était bouclé et ce jeudi matin, la police technique et scientifique a pu procéder aux relevés. Comme il n'y avait pas de tissus sur les os, on peut penser qu'ils sont très anciens. Ces ossements ont été envoyés à Rosny-sous-Bois en région parisienne pour y être analysés par les anthropologues,  ondothologues et thanatologues des laboratoires de police scientifique de la Gendarmerie nationale. Des analyses qui vont prendre du temps.