Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un stage comme une alternative aux sanctions pénales pour des adolescents harceleurs à Marseille

-
Par , France Bleu Provence, France Bleu

C'est une première à Marseille : un stage a été organisé pour des jeunes auteurs d'actes de harcèlement. Une journée proposée par la protection judiciaire de la jeunesse pour sensibiliser et expliquer aux auteurs la gravité de leurs actes. C'est une alternative aux sanctions pénales.

Entre janvier et mai 2021, 22 mineurs auteurs de harcèlement ont été traités par la police à Marseille.
Entre janvier et mai 2021, 22 mineurs auteurs de harcèlement ont été traités par la police à Marseille. © Maxppp - Vincent Isore

Au lieu de passer par la case justice ils sont passés par la case réflexion et sensibilisation. Une douzaine de jeunes, auteurs d'actes de harcèlement à Marseille viennent de suivre un stage proposé par la protection judiciaire de la jeunesse. Une journée au cours de laquelle on cherche à leur faire prendre conscience de la gravité des faits de harcèlement dont ils ont été les auteurs. Ces faits sont aujourd'hui en hausse et concernent les jeunes de tout âge. Les profils des harceleurs sont très variés explique Pascale Cabasse, de la protection judiciaire de la jeunesse, responsable du service éducatif du tribunal de Marseille : "J'ai été surprise de voir en montant ce stage qu'on avait affaire à des jeunes qui sortent de primaire, voire CM1, CM2, et des jeunes collégiens. C'est un phénomène qui touche les jeunes enfants, des filles comme des garçons autant au niveau des harceleurs comme des harcelés et on touche aussi tous les milieux sociaux. C'est un phénomène qui a pris de l'ampleur, nous avons de plus en plus de plaintes déposées dans les commissariats". 

Des claques, des moqueries, des insultes, des injures

Entre janvier et mai 2021, 22 auteurs mineurs ont été traités par la police à Marseille, contre 6 en 2019 à la même époque. On évoque beaucoup le harcèlement sur les réseaux sociaux chez les jeunes mais cela ne se résume pas à ça d'après Pascale Cabasse : "Ça peut partir de simples propos blessants comme "tu es moche, tu pues, tu es mal habillé, des choses très blessantes. Ce qu'il faut comprendre c'est que c'est la répétition qui qualifie le harcèlement, donc c'est toute violence verbale ou physique qui se répète dans le temps". 

Le danger des réseaux sociaux 

De plus en plus les réseaux sociaux deviennent un défouloir pour les harceleurs et une facilité aussi. Aujourd'hui les jeunes ont très facilement accès à ces réseaux sociaux et les faits de harcèlement sur ces réseaux sociaux souvent sont des publications de photos intimes qui très vite se retrouvent partagées des centaines voire des milliers de fois. 

Des harceleurs... harcelés

Si le profil des jeunes harceleurs peut-être très varié, souvent les auteurs ont été aussi à un moment donné eux-mêmes harcelés : "Ils sont jeunes, ce sont des enfants. Ils ne prennent pas la conscience de la gravité des faits sur le moment mais le stage permet de leur faire prendre conscience. Les conséquences peuvent être très diverses, ça peut être du simple stress, de l'anxiété à un refus d'aller à l'école voire à des auto-mutilations ou des tentatives de suicide, jusqu'au suicide". Pascal Cabasse explique également le phénomène de "l'effet de groupe". Les harceleurs sont souvent pris dans un mouvement, "Quand on est à plusieurs on a souvent l'impression que les responsabilités sont diluées, sauf que les petites réflexions toute la journée, des uns et des autres, des likes, des tweets ont des effets dramatiques sur les victimes". 

Au cours de ce stage, les jeunes sont donc sensibilisés mais aussi accompagnés sur l'usage des réseaux sociaux. Le but est également qu'ils ressortent avec un rôle "d'ambassadeur" afin qu'ils puissent aussi alerter, passer le message si à un moment donné ils se retrouvent dans une situation de harcèlement. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess