Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un surveillant de la prison de Roanne agressé par un détenu

dimanche 3 mars 2019 à 18:55 Par Maxime Bacquié, France Bleu Saint-Étienne Loire

Un détenu de la prison de Roanne a agressé un surveillant ce dimanche matin en lui donnant plusieurs coups de fourchette, au niveau de la gorge et du crâne. Le surveillant a été hospitalisé. Ses collègues ont décidé d'assurer un service minimum ce dimanche pour montrer leur solidarité.

La prison de Roanne. (Illustration)
La prison de Roanne. (Illustration) - Maxppp

Roanne, France

Le détenu était en train d'être emmené à l'infirmerie de la prison de Roanne quand il a sorti une fourchette de sa poche et agressé un surveillant d'une quarantaine d'années. Le détenu, suivi pour des troubles du comportement, a donné plusieurs coups au niveau de la gorge et du crâne du surveillant, qui a dû être hospitalisé dans la journée. Ses jours ne sont pas en danger mais il est très choqué. Il a reçu plusieurs points de suture.

Le centre pénitentiaire de Roanne compte 181 surveillants et pour montrer leur solidarité avec leur collègue agressé, les surveillants ont assuré un service minimum ce dimanche après-midi. Seuls la distribution des repas et le parloir ont été assurés ce dimanche. Pour Jean-Louis Picornell, du syndicat Ufap-Unsa de Roanne, ce n'est pas normal d'en arriver là. 

"On nous demande de surveiller des détenus suivis pour des troubles psychologiques. Ils devraient être hospitalisés, pas en prison. L'institution doit comprendre que ce n'est pas normal de se prendre des coups de fourchette. Il faudrait réfléchir à un mode de fonctionnement plus sécurisé."

Les surveillants envisagent de continuer le service minimum lundi même s'ils s'exposent à des amendes ou des retenues sur salaire. C'est la première agression de ce genre à la prison de Roanne.