Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un suspect de l'attentat de Nice libéré et placé sous bracelet électronique

-
Par , France Bleu Azur, France Bleu

Un suspect de l'enquête sur l'attentat du 14 juillet a été remis en liberté et assigné à résidence avec bracelet électronique. Il est mis en examen pour "complicité d’assassinats en bande organisée en relation avec une entreprise terroriste". C'est le quatrième mis en examen à sortir de prison.

86 faisceaux lumineux allumés à 22h34 vers le ciel pour clôturer une journée d'hommages aux victimes de l'attentat du 14 juillet à Nice.
86 faisceaux lumineux allumés à 22h34 vers le ciel pour clôturer une journée d'hommages aux victimes de l'attentat du 14 juillet à Nice. © Radio France - Maxime Bacquié

Il aura passé plus de trois ans en détention provisoire pour ses liens avec le terroriste du 14 juillet de Nice. Mohammed Oualid Ghraieb, âgé de 43 ans, était en détention provisoire depuis le 21 juillet 2016, et mis en examen pour "complicité d’assassinats en bande organisée en relation avec une entreprise terroriste". Il a été libéré début août.

Il n'a jamais nié ses liens avec le terroriste : ils se connaissaient depuis plus de dix ans, ils s'étaient appelés plus de 1.200 fois sur l'année précédant l'attentat, et surtout, il apparaît le 13 juillet en photo avec lui dans la cabine du camion. 

Assigné à résidence avec bracelet électronique

Mais ce suspect, qui travaillait dans un hôtel de Nice, a toujours clamé son innocence : il dit qu'il n'était pas au courant du projet d'attentat, et qu'il n'a pas aidé à sa préparation. Et la justice a visiblement du mal à prouver le contraire : malgré l'appel du parquet, il a été décidé de le remettre en liberté, les charges retenues ne semblent pas suffisantes pour le maintenir encore en détention.

Ce n'est pas la première fois que ça se produit dans ce dossier : sur les neuf personnes mises en examen dans cette enquête, c'est le quatrième suspect a être remis en liberté (un autre s'est suicidé en prison). Mohammed Oualid Ghraieb n'échappe pas pour autant à la justice, il est assigné à résidence et est placé sous bracelet électronique.

Lors d'une réunion en novembre 2018 avec les parties civiles, les juges d'instruction ont indiqué qu'ils n'étaient pas certains de pouvoir retenir une qualification terroriste pour les liens entre les suspects et le tueur.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess