Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un suspect placé en détention dans l'affaire des voitures brûlées à Nîmes

mercredi 15 novembre 2017 à 10:24 Par Hervé Sallafranque, France Bleu Gard Lozère

L'homme, âgé d'une trentaine d'années, est soupçonné d'avoir brûlé ou dégradé 63 voitures dans le quartier Nord Gambetta à Nîmes

Au total 63 voitures ont été brûlées ou dégradées dans le quartier Nord Gambetta à Nîmes
Au total 63 voitures ont été brûlées ou dégradées dans le quartier Nord Gambetta à Nîmes © Radio France - Fabien Fourel

Nîmes, France

Il est soupçonné d'avoir incendié 48 voitures et crevé les pneus ou brisé les vitres de 15 autres dans la nuit du samedi 11 au dimanche 12 novembre, dans le quartier Nord Gambetta à Nîmes.

Une information judiciaire a été ouverte notamment pour "dégradation de biens privés par incendie" à l'encontre d'un homme d'une trentaine d'années. Le suspect a été placé en détention provisoire dans la soirée de ce mardi. Ce Nîmois, qui habite le quartier, avait déjà été poursuivi dans une autre affaire d'incendie volontaire l'année dernière.

"C'est le témoignage d'un riverain qui a permis son interpellation, explique Patrick Botero, vice-procureur chargé du dossier. Et notamment la description de sa tenue vestimentaire, retrouvée ensuite lors d'une perquisition à son domicile".

À ce stade, le suspect nie les faits. L'enquête a démontré qu'il avait déjà été impliqué dans une affaire d'incendie volontaire dans un foyer de Nîmes en juin 2016. À l'époque, il avait été placé dans un établissement psychiatrique et s'était ensuite soustrait à la justice.