Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un tabac-presse de Brest braqué par deux personnes armées

-
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu Armorique

La gérante venait tout juste d'ouvrir son magasin ce lundi matin quand deux personnes ont déboulé, armes à la main. Elles sont reparties avec le fond de caisse et des cartouches de tabac.

Les braqueurs ont volé 150€ et plusieurs cartouches de tabac
Les braqueurs ont volé 150€ et plusieurs cartouches de tabac - Google maps

Brest, France

"C'est sûr je suis un peu secouée" témoigne ce lundi la gérante du Caval'. Peu après l'ouverture du magasin du quartier de la Cavale Blanche, deux personnes ont débarqué dans le tabac-presse. "L'un avait une sorte de bombe lacrymogène et l'autre un couteau avec une lame de 30 cm je pense." Les deux individus avaient le visage caché. 

"Ça a été très vite et ils ne m'ont pas brutalisé" raconte la gérante du magasin brestois. Ils sont repartis avec 150€ et des cartouches de cigarettes. "On est en train de faire le stock pour savoir combien de cigarettes ils ont pris." Le agents de la police judiciaire, chargés de l'enquête, sont venus faire les premières analyses. Le tabac-presse a ensuite tout de même ouvert pour accueillir les clients.

Un autre braquage il y a deux ans

Ce n'est pas la première fois que le Caval' est visé par des braqueurs. Il y a deux ans, un salarié du tabac-presse avait été menacé par trois hommes en fin de journée. "On est ouvert sept jours sur sept, on est une cible facile, et avec la hausse du tabac, ça devient un luxe" se désole la gérante.