Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
L'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing est mort à l'âge de 94 ans "des suites du Covid"

Un téléphone pour venir en aide aux femmes battues

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Dix téléphones d'alerte seront attribués à des femmes en très grand danger dans la Marne. En cas de problème, elles n'ont qu'à appuyer trois fois sur ce téléphone pour être en contact avec les secours.

Une femme au téléphone 2
Une femme au téléphone 2 © Maxppp

La Marne et les Ardennes font partie des cinq départements français où il y a le plus de femmes victimes de violences. Depuis le début de l'année, on recense 185 cas de violences uniquement dans la Marne. Le département a donc décidé de se doter d'un dispositif de télésurveillance : dix téléphones qui seront distribués aux femmes en très grand danger (ce sont les procureurs de Reims et de Châlons-en-Champagne qui jugeront de la situation). 

En cas de danger, il suffit à la victime d'appuyer trois fois sur le bouton du téléphone et immédiatement, 24H/24, elle sera mise en contact avec Mondial Assistance, qui jaugera la situation et appellera la police. Les services qui interviendront auront des indications sur les habitudes de vie de la victime, mais aussi sur la personnalité de l’auteur présumé des violences, ce qui leur permettra d’intervenir au mieux et au plus vite.

Le reportage de Monique Derrien

La Marne est le 7ème département en France à se doter de ce système de télésurveillance, pour un coût de 30 000 euros par an.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess