Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un trafic d'armes démantelé en Bourgogne-Franche-Comté

Trois hommes viennent d'être interpellés à Dijon, Auxerre et Montbéliard. Ils sont soupçonnés d'avoir alimenté un réseau d'achat et de revente d'armes non déclarées sur internet. Les fusils et les revolvers ont été revendus sans aucun contrôle et auraient pu profiter au grand banditisme.

Les armes saisies par les gendarmes
Les armes saisies par les gendarmes - DR

Un gros coup de filet pour la section de recherches de la gendarmerie de Dijon. Les enquêteurs ont saisi à travers toute la France une centaine d'armes non déclarées. Il y a notamment des armes de guerre comme deux kalachnikovs d'origine yougoslave, deux grenades, 47 armes classées dans la catégorie du tir sportif comme des pistolets et des carabines et une quinzaine de fusils de chasse, ainsi que des milliers de munitions.

L'enquête a débuté à Dijon , où les gendarmes repèrent sur le Darknet (des sites internet cachés, le plus souvent pour des trafics illégaux) une proposition de revente d'une centaine de cartouches de calibre 7.65 dont la livraison est assurée à Dijon. Les enquêteurs remontent cette piste et interpellent un jeune homme de 21 ans. Un "geek" passionné d’informatique  qui ferait office de dénicheur sur internet d'armes à feu. Deux complices présumés sont interpellés, un homme de 50 ans à Montbéliard et un homme de 61 ans à Auxerre.

Ils sont soupçonnés d'avoir organisé à travers toute la France un réseau d'achat et de reventes d'armes. Des perquisitions ont eu lieu jusqu’à Sainte-Maxime dans le sud de la France pour retrouver ces armes non déclarées.  

Selon les gendarmes, ce trafic pouvait alimenter le grand banditisme. "On peut imaginer une porosité entre des collectionneurs et le milieu criminel" estime Eric Mathais, procureur de la République à Dijon.  L'Auxerrois de 61 ans est placé en détention provisoire, l'habitant de Montbéliard âgé de 50 ans est assigné à résidence, et le jeune dijonnais de 21 ans est soumis à une expertise psychiatrique. 

Ils encourent une peine maximale de 7 ans d'emprisonnement et 75.000 euros d'amende ainsi que "la possibilité de confiscation totale de leur patrimoine" assure le procureur. L'enquête se poursuit et pourrait conduire à d'autres interpellations. 

Les enquêteurs et la justice sont très clairs : cette saisie d'armes n'a aucun lien avec les violences qui se sont produites en juin à Dijon. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess