Faits divers – Justice

L'épicier vendait aussi de la drogue à Clermont-l'Hérault

Par Marion Bargiacchi, France Bleu Hérault et France Bleu vendredi 13 octobre 2017 à 15:18

Les forces de l'ordre ont saisi 500g de cocaïne, 500g de résine de cannabis, 16.000 euros en liquide ainsi que des armes de poing.
Les forces de l'ordre ont saisi 500g de cocaïne, 500g de résine de cannabis, 16.000 euros en liquide ainsi que des armes de poing. - DR

La compagnie de gendarmerie de Lodève (Hérault) a interpellé huit hommes entre 20 et 34 ans. Ils se servaient d'une épicerie pour vendre de la drogue. Les gendarmes ont retrouvé 500 g de cocaïne, 16 000 euros en liquide et des armes de poing.

Les gendarmes de la brigade de recherche de Lodève ont mené l'enquête pendant des mois. Depuis le début de l'année 2017, ils avaient en ligne de mire, une épicerie de Clermont-l'Hérault (à une cinquantaine de kilomètres à l'ouest de Montpellier). Dans le voisinage, tout le monde a remarqué le drôle de manège : le deal dans la rue, mais aussi les clients qui se succèdent à l'épicerie pour autre chose qu'une plaquette de beurre.

Une opération d'envergure

En mars 2017, les forces de l'ordre décident d'ouvrir une information judiciaire. Puis, c'est le 9 octobre qu'ont lieu les premières interpellations : huit hommes de 20 à 34 ans, membres d'un réseau "structuré".

Les forces de l'ordre ont dépêché la moitié des effectifs lodévois, soit 60 gendarmes mais aussi des renforts du peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie (PSIG), ainsi que quatre équipes cynophiles et leurs chiens renifleurs de drogues.

"Ce n'est jamais très agréable de voir des deals se faire sous ses fenêtres. C'est important aussi que l'on se montre lorsque l'on fait une action." Commandant Jaffard de la brigade de gendarmerie de Lodève.

"Il y a deux phases dans notre travail", explique le commandant Jaffard. "La première peut paraître longue, c'est un travail discret. On doit récolter tous les indices qui vont nous permettre d'arrêter les suspects. Pendant ce temps là, les citoyens ont l'impression que rien ne se passe mais pourtant, on travaille. La seconde phase, est la plus visible et là, on voit que les gens nous remercient."

25.000 euros de cocaïne et des armes

Comme le précise le procureur Christophe Barret, "On retrouve dans cette affaire le triptyque de la drogue : des stupéfiants, du liquide et des armes." La gendarmerie a saisi 500g de cocaïne (soit 25.000 euros), 500g de résine de cannabis (1.500 euros), 16.000 euros en liquide et trois armes de poing.

Du matériel comme des téléphones portables ont aussi été saisis. Les suspects ont été déférés au parquet, entre autres chefs d'accusation, pour acquisition, détention, offre, transport de stupéfiants.