Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un trafic de cocaïne sur Pau, Lescar et Jurançon, démantelé par les gendarmes.

-
Par , France Bleu Béarn Bigorre

1,2 kilo de cocaïne a été découvert à Jurançon, dans l'appartement d'un jeune homme de 25 ans. Cinq autres personnes ont été interpellées ce mardi. Ils ont été présenté à un juge d'instruction ce vendredi.

La brigade recherche de Lescar a mené l'enquête
La brigade recherche de Lescar a mené l'enquête © Maxppp - Franck KOBI

Six personnes, quatre hommes et deux femmes ont été mis en examen hier vendredi, après une enquête de gendarmerie portant sur une affaire de trafic de cocaïne. Les 6 vivent à Pau, Lescar et Jurançon. Ils ont été interpellé mardi et ont passé 4 jours en garde à vue. Le personnage principal de ce trafic semble être ce jurançonnais de 25 ans, déjà condamné pour des faits similaires en 2015.

Une dette de stup?

Il avait chez lui 1,2 kilo de cocaïne, dans son appartement de Jurançon, conditionné en olivettes, ce qui laisse penser aux gendarmes que la drogue a sans doute été ingérée pour arriver jusqu’en Béarn. Il a reconnu garder 20 à 30 grammes par kilo pour lui, pour se payer et pour sa consommation. Le reste était revendu au profit d'une tête de réseau à qui il doit de l'argent. Ce sont les explications qu'li a livré aux enquêteurs

Cinq autres personnes interpelées

Un de ses revendeurs a lui aussi été interpellé. Il a 28 ans. Leurs deux copines âgées seulement de 20 et 21 ans ont-elles aussi été mises en examen. Deux quadragénaires ont également été interpellés, mais les gendarmes n’ont pas pu établir leur participation à ce trafic de cocaïne. En revanche, il leur est reproché du travail dissimulé dans le secteur du bâtiment. 14 000 euros en liquide ont été retrouvés chez un des deux. Le principal mis en cause a déjà été condamné en 2015 pour trafic de stupéfiants.  légale. Désormais la suite de l'enquête est dirigée par une juge d'instruction pour peut être prolonger les ramifications de ce trafic présumé.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess