Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un trafic de drogues au Clou-Bouchet au coeur d'un procès à Niort

-
Par , France Bleu Poitou

Onze personnes sont poursuivies devant le tribunal correctionnel de Niort dans une affaire de trafic de stupéfiants quartier du Clou-Bouchet à Niort. Un procès de deux jours qui prend fin ce mercredi.

Les débats s'étalent sur deux jours au tribunal correctionnel de Niort dans ce dossier impliquant onze prévenus
Les débats s'étalent sur deux jours au tribunal correctionnel de Niort dans ce dossier impliquant onze prévenus © Radio France - Noémie Guillotin

Ce mardi, à l'ouverture de l'audience, sept prévenus sont présents au tribunal correctionnel de Niort, dont trois déjà incarcérés. Mais au total ce sont onze personnes, neuf hommes et deux femmes âgés de 19 à 30 ans, qui sont poursuivies dans cette affaire de trafic de stupéfiants - cannabis, cocaïne et d’héroïne - en 2018 et pour certains dès 2017. Un trafic qui se déroulait quartier du Clou-Bouchet, à Niort.

Les mis en cause sont soupçonnés d'être impliqués à différents niveaux. Des rôles définis dans le dossier à partir de témoignages, parfois sous X, de perquisitions ou encore d’écoutes téléphoniques. Des jeunes femmes qui faisaient le "taxi", ou hébergeaient des "guetteurs" venant de Meaux, en région parisienne, faute de main d’œuvre locale. Meaux, ville dont est originaire celui soupçonné d’être à la tête de ce trafic. Un jeune homme de 24 ans, lunettes sur le nez et bandeau dans les cheveux, qui nie en bloc. "Rasco", "le Poto", ce n'est pas lui. 

Chef, comptable, guetteur, taxi...

Le président lui parle des témoignages qui le présente comme "le chef de la ZUP". "Des on-dit", répond-il. Sont aussi évoqués un voyage à Cancùn, au Mexique, ces 3000 euros en liquide retrouvés lors d’une perquisition chez sa compagne à Poitiers. "Partout où je peux trouver un petit billet je le fais. J'achète, je revends des scooters", mais les stupéfiants non assure-t-il. Un homme déjà condamné à de nombreuses reprises, depuis qu'il est mineur.

Il n'est pas le seul à contester les faits. Il y a aussi "le gue-din" ou "le dingue", soupçonné d’avoir été "le comptable". Dans le téléphone de cet homme de 23 ans à la barbe longue et aux lunettes à fine monture a été retrouvé une application de comptabilité cachée. Il explique que cela remontait à une ancienne affaire. Quant aux témoignages, "de la médisance".

Un guetteur, absent à l'audience "par peur des représailles" explique son avocat, reconnaît son rôle dans ses auditions. D'autres tentent de minimiser. "J'ai vendu un petit peu mais c'est tout", dit l'un des prévenus soupçonné d'approvisionner les points de vente, de ramasser l'argent mais aussi d'avoir menacé et commis des violences sur deux personnes pour que leurs appartements servent au trafic. 

Jusqu'à quatre ans de prison requis

Pour le procureur de la République, "ce dossier construit par petits morceaux aurait pu donner un tableau à la Picasso mais non. Nous avons une vision relativement claire de qu'a été ce trafic". Il requiert jusqu'à quatre ans de prison contre le "chef " présumé et celui considéré cmme son "bras-droit".

Les plaidoiries des avocats de la défense, commencées ce mardi soir, se poursuivent ce mercredi. La décision du tribunal est attendue dans la journée.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess