Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un trafic de médicaments démantelé en Gironde

-
Par , France Bleu Gironde, France Bleu

Trois personnes ont été interpellées mercredi, lors d'une opération qui a mobilisé une trentaine de gendarmes, sous la direction d'un magistrat instructeur du Pôle Santé Publique du Tribunal de Grande Instance de Paris.

Une centaine de patients français et étrangers piègés
Une centaine de patients français et étrangers piègés © Radio France - France Bleu

Gironde, France

L'enquête a duré six mois. Les enquêteurs avaient suffisamment de preuves pour mener à bien cette opération de démantèlement de ce trafic international de médicaments falsifiés. Les gendarmes de l'office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique (OCLAESP), appuyés par ceux de la section de recherches de Bordeaux et groupe interministériel de recherches (GIR) de Bordeaux ont été mobilisés. 

Trois personnes ont été arrêtées. Il s'agit du fondateur d'un laboratoire pharmaceutique situé en Gironde, le lieu n'a pas été précisé. Il travaillait avec une association locale gérée par l'épouse d'un médecin qui était frappé d'une interdiction définitive d'exercer. Ces deux personnes ont également été placées en garde à vue. 

Cette activité illégale reposait sur des analyses médicales de patients atteints de maladies neurodégénératives et la prescription de médicaments non autorisés sur le marché, par le biais d'une officine italienne. 

Plusieurs centaines de patients français et étrangers suivaient les prescriptions de ce médecin radié. Le traitement leur coûtait environ 400 euros par mois. 

Les gendarmes ont procèdé à des perquisitions au domicile des suspects, dans le laboratoire et les locaux de l'association. Après 48 heures de garde à vue, les mis en cause ont été présentés, ce vendredi,  à un magistrat instructeur au TGI de Paris en vue de leur mise en examen.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu