Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un trafic de stupéfiant démantelé à Auxerre : l'épicier vivait trop bien

mercredi 13 février 2019 à 18:46 Par Delphine Martin et Damien Robine, France Bleu Auxerre

Huit personnes ont été mises en examen pour un trafic d’héroïne, de cocaïne et de cannabis. Les gendarmes de Dijon et d'Auxerre enquêtaient depuis un an sur cette affaire.

Sophie Macquart-Moulin, la procureur d'Auxerre, avec Guillaume Descave, commandant de la compagnie d'Auxerre et le colonel Heulard de la section de recherche de Dijon
Sophie Macquart-Moulin, la procureur d'Auxerre, avec Guillaume Descave, commandant de la compagnie d'Auxerre et le colonel Heulard de la section de recherche de Dijon © Radio France - Damien Robine

Auxerre

L’opération remonte au 5 février. Près de 150 hommes ont été mobilisés pour démanteler ce réseau. 14 personnes ont été interpellées. Des hommes âgés de 23 à 53 ans, originaire d’Auxerre et de Monéteau. Parmi ces suspects, huit personnes ont été mises en examen pour trafic d'héroïne, de cocaïne et de résine de cannabis et pour blanchiment d'argent, dont six personnes ont été placées en détention en attendant leur procès.

"L'épicier avait un train de vie qui ne correspondait pas aux marges bénéficiaires de son entreprise" - Guillaume Descave, commandant de la gendarmerie d'Auxerre

Un train de vie un peu trop fastueux

Les gendarmes de Dijon et d'Auxerre enquêtaient depuis un an sur cette affaire. C'est le train de vie du gérant d'une épicerie de la ZUP d'Auxerre depuis 2015 qui leur avait mis la puce à l'oreille. 

L'homme, âgé d'une trentaine d'année, circulait en voiture de luxe, faisait des voyages à l’étranger et avait même investi dans une salle de remise en forme à Auxerre, rapidement mise en liquidation judiciaire. "Il avait un train de vie qui ne correspondait pas aux marges bénéficiaires qu’il pouvait avoir de son épicerie", explique le chef d'escadron Guillaume Descave, commandant de la compagnie de gendarmerie d'Auxerre. "On a donc commencé une enquête d’environnement".

Filatures, écoutes, surveillance

L'enquête a débuté en février : surveillance jour et nuit, filatures, écoutes téléphoniques… les gendarmes constatent aussi des mouvements d'argent très importants sur les comptes bancaires de l'épicier. Petit à petit, ils découvrent un véritable réseau : l'homme est en contact régulier avec des consommateurs de drogue. Une dizaine d'entre eux sont ses revendeurs.

Jusqu’à quatre kilos d’héroïne par revendeur 

Lors de sa garde à vue, l'un de ses revendeurs a expliqué qu'il avait eu en sa possession jusqu'à quatre kilos d'héroïne. Pendant les interpellations, cinq kilos de résine de cannabis, 100 grammes de cocaïne et plusieurs dizaines de grammes d'héroïne ont été saisis, ainsi que 30.000 euros en liquide. Une quarantaine de consommateurs ont également été entendus dans le cadre de cette enquête.