Faits divers – Justice

Un trafic de stupéfiants démantelé dans le Chinonais

Par Emma Sarango, France Bleu Touraine mardi 13 octobre 2015 à 17:18

Le réseau aurait écoulé en moins d'un an 4kg de cannabis et 2 kg d'héroïne
Le réseau aurait écoulé en moins d'un an 4kg de cannabis et 2 kg d'héroïne - Compagnie de gendarmerie de Chinon

Six personnes, un homme et une femme, ont été interpellées la semaine dernière à Chinon, l'Ile Bouchard et Richelieu (Indre-et-Loire). Tous sont des membres présumés d'un réseau de trafic de stupéfiants qui aurait écoulé en moins d'un an 4 kg de cannabis et 2 kg d'héroïne.

Tout est parti, au mois de juillet, de faits assez banals : des flagrants délits auprès de plusieurs consommateurs de stupéfiants qui ont permis à la brigade de gendarmerie de Chinon de remonter petit à petit à six membres présumés d'un réseau. Cinq hommes, une femme, tous âgés d'une vingtaine d'années, sans emploi, vivant des prestations sociales. Deux habitants de Chinon, deux habitants de Richelieu, et deux de l'île Bouchard.

C'est donc dans ces trois communes qu'ont été déployés mardi 6 octobre une quarantaine de gendarmes pour procéder aux interpellations à domicile et aux perquisitions. Des interventions concluantes puisque, en dehors de la drogue, ont également été saisis de nombreux téléphones portables, de l'argent en espèces, une voiture et une moto.

Un gros poisson

"Une affaire exceptionnelle", se félicite la compagnie de gendarmerie de Chinon. D'abord par son ampleur puisque le réseau couvrait tout le Chinonais. Ensuite par la quantité puisqu'en moins d'un an, quatre kilogrammes de cannabis et deux kilogrammes d'héroïne auraient été écoulés dans le secteur. Enfin, parce que parmi les six personnes interpellées, figure un gros poisson : un homme sous le coup d'un mandat d'arrêt européen, recherché parce qu'il avait été condamné à trois ans de prison ferme pour des faits similaires.

Cinq des six prévenus devaient être jugés en comparution immédiate ce lundi, mais ils devront finalement attendre le 13 novembre pour une question de procédure. D'ici là, trois ont été placés en détention provisoire et deux sous contrôle judiciaire. Le sixième sera convoqué ultérieurement.