Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un trafic franco-espagnol de voiture volées démantelé, huit personnes arrêtées en France

-
Par , France Bleu

40 personnes, dont huit en France, ont été interpellées pour un trafic franco-espagnol de voitures volées estimé à 4,5 millions d'euros, à annoncé ce jeudi l'agence de police criminelle Europol. Les autorités françaises et espagnoles ont déjà retrouvé 118 voitures.

Le trafic est estimé à 4,5 millions d'euros.
Le trafic est estimé à 4,5 millions d'euros. © Maxppp - C. CHAVIGNAUD

Europol a annoncé dans un communiqué que les gendarmes de l'Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI) et la Guardia civil espagnole ont démantelé un trafic de voitures volées estimé à 4,5 millions d'euros. L'enquête avait débuté en janvier 2018.

40 interpellations dont huit en France

Au total, 40 personnes ont été interpellés dont huit en France, dans la région de Rodez. Les autres perquisitions ont été effectuées dans la région de Madrid, détaille Europol dans son communiqué. Les trafiquants sont pour la plupart de nationalités espagnole, roumaine, argentine et bulgare.

118 véhicules volés ont également été retrouvés, mais avec les preuves trouvées lors des procédures en France et en Espagne, les enquêteurs espèrent mettre la main sur d'autres voitures dérobées. 

Des voitures enlevés en pleine rue pour faire croire à des dépannages

Los des perquisitions, les enquêteurs ont retrouvé sur place des substances chimiques et des outils professionnels pour modifier les plaques d'immatriculation, les numéros d'identification des voitures mais aussi la création de faux documents. 

Les autorités espagnoles expliquent que les malfaiteurs volaient des documents officiels et des voitures de même marque, avant de falsifier le numéro d’identification et la plaque d'immatriculation pour les faire correspondre aux papiers.  Ils revendaient les voitures à des concessionnaires et sur internet avec un prix de vente légèrement inférieur au marché, pour être sûr de vendre. 

La Guardia civil précise que plusieurs techniques de vols étaient utilisées. Certains enlevaient des véhicules en pleine rue à l'aide d'une grue d’assistance faisant croire à un dépannage, tandis que d'autres louaient des voitures avec une fausse identité sans jamais les restituer.