Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un trafic de drogue démantelé à Montpellier

vendredi 28 octobre 2016 à 11:01 Par Salah Hamdaoui, France Bleu Hérault

Les gendarmes de l'Hérault ont saisi 100 kilos de résine de cannabis cachés dans un fourgon en provenance du Maroc. Trois personnes ont été arrêtées, dont un homme soupçonné d'être la tête du réseau.

La drogue saisie était dissimulée dans des caches aménagées d'un fourgon
La drogue saisie était dissimulée dans des caches aménagées d'un fourgon - Gendarmerie nationale

Montpellier, France

L'enquête des gendarmes de l'Hérault débute en mars dernier et elle porte sur un important trafic de cannabis entre l'Espagne et la région de Montpellier.

Les investigations des gendarmes de la section de recherches (SR) de Montpellier et du Groupe d’intervention régional (GIR) permettent d'identifier la tête de réseau et ses complices.

Lundi 24 octobre à Toulouse, les gendarmes interceptent un véhicule utilitaire en provenance du Maroc. Avec l'aide de chiens, ils mettent la main sur 100 kg de résine de cannabis dissimulés dans des caches du fourgon.

Dans le même temps, la tête de réseau est interpellée à son domicile, à Montpellier. Au total trois personnes, âgées de 30 à 55 ans, ont été arrêtées. Deux d'entre elles sont déjà derrière les barreaux.

Une cinquantaine de gendarmes a été mobilisée pour cette opération. Trois véhicules et 900 euros d’argent liquide ont également été saisis au titre d’avoirs criminels.

Selon les enquêteurs, les trafiquants évitaient les principaux axes de circulation pour déjouer les contrôles routiers.