Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un tueur de chat condamné à trois mois de prison avec sursis

jeudi 13 septembre 2018 à 20:37 Par Marie Ciavatti, France Bleu Hérault et France Bleu

Un habitant de Cournonsec (Hérault) a écopé mercredi de trois mois de prison avec sursis pour avoir tué le chat de ses voisins à coups de pelle en juillet dernier. Une pétition avait rassemblé 500 signatures dans l'été pour exiger le renvoi de cet homme devant la justice.

© Radio France -

Cournonsec, France

Un habitant de Cournonsec âgé d'une soixantaine d'années vient d'être condamné à trois mois de prison avec sursis pour acte de cruauté envers un animal. En l'occurrence envers Prince, le chat d'un voisin qu'il a tué à coups de pelle début juillet dans son jardin. À l'audience mercredi au tribunal correctionnel de Montpellier, il a nié une fois encore avoir eu l'intention de tuer l'animal, encore moins de le faire souffrir. Il explique avoir tenté de rompre avec la pelle un fil de métal dans lequel le chat s'était coincé. 

Au vu de l'état de la bête, il y a peu de doute sur son intention de tuer. "Il a tout de même décapité un chat avec une pelle et devant témoins! Et en plus il s'en est vanté après !", s'énerve Annie Bénézech, directrice de la SPA de Montpellier. Elle regrette notamment que la peine soit assortie de sursis, même si le tribunal est allé au-delà des réquisitions du procureur qui n'avait demandé qu'une amende de 500 euros. 

Cette affaire avait ému le village de Cournonsec cet été. Une pétition avait rassemblé plus de 500 signatures pour demander que l'affaire soit jugée.