Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un Vauclusien se voit confisquer ses 1.800 pièces de monnaie d'époque et ses détecteurs de métaux

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Vaucluse, France Bleu

Le tribunal correctionnel de Carpentras condamne un Vauclusien pour fouilles archéologiques sans autorisation et utilisation illégale de détecteurs de métaux pour recherche historique. Ce collectionneur se voit également confisqué ses 1.800 pièces de monnaie.

Photo d'illustration - collection pièces de monnaie
Photo d'illustration - collection pièces de monnaie © Maxppp - .

Vaucluse, France

1.800 pièces de monnaie viennent d'être confisquées à un Vauclusien sur décision du tribunal correctionnel de Carpentras. Cet homme âgé de 63 ans, qui se décrit comme un passionné, a passé sa vie à fouiller et à récupérer des pièces de toutes les époques lors de ses balades dans le Vaucluse ou lors de ses vacances. Il s'est défendu à la barre en expliquant qu'il n'en a jamais tiré profit et qu'il envisageait même d'organiser une exposition gratuite dans sa commune pour valoriser ses trouvailles. Mais la justice estime que ces fouilles sont illégales, car elles ont été réalisées sans autorisation. Les pièces auraient pu être également déclarées. 

La Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) se trouvait sur le banc des victimes. Toute la collection du prévenu estimée entre 6 et 7.000 euros a été confisquée, ainsi que ses détecteurs de métaux. Ces appareils ne sont pas illégaux mais ne peuvent être utilisés à des fins de recherches archéologiques ou historiques. Le collectionneur écope également d'une amende de 1.000 euros avec sursis, et de 500 euros d'amendes pour ses détecteurs de métaux. Il devra aussi rembourser 700 euros de dommages et intérêts à la Direction régionale des affaires culturelles.

Les amateurs de détection et de recherche y voient encore ici une répression de leur loisir. Ils ont l'impression qu'en France les passionnés sont trop souvent taxés de pilleurs,  là ou ils n'expliquent leur pratique que par la passion de l'Histoire.

Choix de la station

France Bleu