Faits divers – Justice

Un vigneron devant la justice pour escroquerie et tromperie sur la qualité à Bordeaux

Par Pauline Pennanec'h, France Bleu Gironde jeudi 14 janvier 2016 à 7:22

Des vignes en Gironde
Des vignes en Gironde © Radio France - Xavier Ridon

Un vigneron soupçonné d'escroquerie par la justice aujourd'hui... Jugé pour escroquerie et tromperie sur la qualité, le viticulteur basé à Landiras dans le Sud Gironde aurait bénéficié de 592 000 euros d'aides de l'Union Européenne pour promouvoir son vin à l'étranger, ce qu'il n'aurait pas fait.

C'est un viticulteur hors normes, propriétaire d'un cépage qu'il nomme "Liber Pater" dans l'appellation Bordeaux Graves. 

Basé à Landiras, dans le Sud Gironde, le vigneron est propriétaire d'un vignoble de très petite taille, aux rendements très faibles et aux cépages rares. Le travail est fait à la vigne avec un cheval de labour. Loïc Pasquet est un ovni, toujours à la recherche de l’excellence... Une excellence qu'il vend 3000 euros la bouteille.

En novembre 2015, il porte plainte pour le saccage de ses vignes. À l'époque, il disait être dévasté : "Notre philosophie c'est de travailler sur le goût du vin. Alors est-ce que c'est la conséquence ? Ça, je n'en sais rien. Mais oui, on est précurseurs sur pas mal de choses".

Aurait-il trompé tout le monde ?

Une qualité de vin qui sera longuement remise en cause par la justice ce jeudi 14 janvier : elle le soupçonne d'avoir bénéficié de 592 000 euros d'aides de l'Union Européenne il y a six ans pour promouvoir ses vins en Russie, en Chine, au Brésil. Problème :  il est suspecté de ne pas avoir effectué de voyages à l'étranger. D'avoir produit de faux documents. Pire : le vigneron aurait mis de l'eau dans son vin.

Aurait-il inventé sa société de toute pièce ? C'est ce que cherchera à savoir le tribunal de Bordeaux ce jeudi.