Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une adolescente de 16 ans victime de propositions sexuelles sur Instagram

Un homme de 28 ans jugé pour « propositions sexuelles faites à un mineur de 15 ans en utilisant un moyen de communication électronique » relaxé par le tribunal de Vesoul. Il était entré en contact avec une adolescente de 16 ans via son compte Instagram. Les parents voyaient leur fille se renfermer.

Illustration Intagram
Illustration Intagram © Getty - Sopa Images

Le tribunal judiciaire de Vesoul jugeait ce jeudi 8 avril 2021 une affaire qui illustre bien les dérives de notre société moderne. Un homme de 28 ans devait comparaitre pour "propositions sexuelles faites à un mineur de 15 ans en utilisant un moyen de communication électronique". L'homme qui habite à Perpignan ne s'est même pas déplacé pour assister à son procès, il a finalement été relaxé car la jeune fille avait 16 ans au moment de faits.

Les dangers des réseaux sociaux

L'histoire au départ est d'une banalité affligeante. Une adolescente de 16 ans qui a un compte Instagram discute avec ses amis grâce à cette messagerie. Comme de nombreux adolescents elle fournit un peu trop d'informations personnelles, et elle tombe dans les filets d'un homme de 28 ans. A partir du mois de septembre 2019 jusqu'au mois de décembre 2019 ils échangent de nombreux messages.

Au début, la conversation est plutôt classique, mais au fil des semaines, il commence à être un peu plus intrusif. L'homme sent que la jeune fille est un peu fragile (elle sort d'une période d'anorexie). Il en profite. Il commence à lui expliquer que ses parents ne s'occupent pas bien d'elle, qu'il va venir la chercher pour la protéger.  Après quelques recherches sur internet, il découvre que son grand père est décédé depuis peu, il joue sur cette fibre sensible.

Et un jour il devient plus direct, et propose des relations sexuelles. Il va même jusqu'à proposer de prendre une chambre à Lure (en Haute-Saône) pour venir la rejoindre.

Une jeune fille qui se renferme

Les parents voient leur fille se renfermer, passer son temps sur son smartphone.  Il finissent par la questionner, la jeune fille leur explique ce qui lui arrive. Les parents vont à la gendarmerie porter plainte.

S'inquiéter d'un adolescent qui s'isole, d'un adolescent qui répond plus, d'un adolescent qui est tout le temps le nez sur son téléphone"

Pour Anne Lagarrigue qui assurait la défense de la jeune fille, malheureusement tous les parents ne réagissent pas de cette manière. "Là, c'est parti de parents qui trouvent que leur fille est tout le temps pendue sur son téléphone et ça les agace. Et c'est comme ça que ça arrive et c'est probablement ça en tant que parent qu'on devrait faire, c'est à dire quand même s'inquiéter d'un adolescent qui s'isole, d'un adolescent qui répond plus, d'un adolescent qui est tout le temps le nez sur son téléphone pour être sûr que c'est bien avec ses amis qu'il échange et pas avec des gens dont on ne connaît pas le profil et qui sont probablement des dangers".

Les parents ont le bon reflexe, il coupent l'abonnement du téléphone portable de leur fille, l'homme n'a plus de numéro de téléphone pour l'appeler. Mais trop crédule la jeune fille s'est livrée à lui, lui a communiqué son adresse, il lui envoie des lettres par la poste. C'est comme ça que les enquêteurs finissent par le retrouver.

Pour maître Lagarrigue, ce dossier illustre les nombreux problèmes que peuvent rencontrer les adolescents et jeunes adultes qui se livrent trop sur les réseaux sociaux, et ne se rendent pas compte des dangers.  

Elle explique : "Ces fameux échanges sur les réseaux sociaux qu'un certain nombre d'adolescents considèrent comme anodin et en réalité derrière des profils, ce sont des pervers et des grands malades. Et on en a eu encore aujourd'hui un exemple, il y en aura d'autres, malheureusement. Il faut surtout alerter les jeunes, ne rentrer en contact qu'avec des gens que vous connaissez. Soyez prudents. Ne racontez pas votre vie sur les réseaux sociaux. Soyez vigilants. Le danger est vraiment là et malheureusement, aujourd'hui, ce dossier en est encore la démonstration".

La relaxe

Sur le fond de l'affaire, l'homme  été relaxé car il comparaissait pour "propositions sexuelles faites à un mineur de 15 ans en utilisant un moyen de communication électronique", mais en fait elle avait 16 ans au moment des faits. Une mauvaise qualification qui anéanti deux ans d'instruction.  

Je suis inquiète que ce type se balade dans la nature avec d'autres dossier en cours

Pendant ce temps d'autres jeunes filles sont probablement victimes de cet homme. Au moment de son interpellation, les enquêteurs n'ont pas précisé le prénom et nom de la jeune fille, de lui même il a donné le prénom de deux ou trois jeunes filles avant de tomber sur celle qui concernait cette affaire. Maître Lagarrigue explique : "Je suis inquiète que ce type se balade dans la nature avec d'autres dossier en cours".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess