Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une adolescente sauvée de la noyade près du barrage de Pont-Rémy

-
Par , France Bleu Picardie, France Bleu

La jeune fille de 13 ans a été secourue par une équipe de plongeurs ce mardi. Elle a été transportée au centre hospitalier d'Abbeville.

Image d'illustration - pompiers
Image d'illustration - pompiers © Radio France

C'est une baignade qui aurait pu très mal finir : trois d'adolescents qui se baignaient dans la Somme à Pont-Rémy ce mardi après-midi se sont retrouvés en difficulté. Les jeunes nageaient près du barrage quand ils ont commencés à être emportés par le courant. 

"On aurait pu assister à un drame"

Deux garçons ont réussi à sortir de l'eau, mais une adolescente de 13 ans a dérivé. La jeune fille s'est accrochée à des branches pour ne pas être emportée. Les pompiers sont intervenus et une équipe de plongeurs a réussi à l'extraire.  La victime a été transportée à l'hôpital d'Abbeville en état de légère hypothermie. Mais la situation aurait pu mal tourner pour Annie Roucoux, le maire de Pont-Rémi, qui a assisté à l'opération de sauvetage : "Ce barrage est très dangereux : il y a 4 ou 5 mètres de dénivelé, il crée de gros remous. Ces jeunes ont eu de la chance : on aurait pu assister à un drame."

"Le confinement a exacerbé ce besoin d'aller dans l'eau"

Selon Annie Roucoux, les adolescents sont originaires d'Abbeville. L'élue multiple appels à la prudence depuis quelques jours : "Les jeunes se baignent du côté du pont, du côté du port. J'ai beau essayer de faire de la prévention et de leur parler, ils ne m'écoutent pas : ils me répondent qu'ils savent nager, qu'ils sont jeunes... Mais ils sont inconscients ! Je pense que le confinement a exacerbé ce besoin d'aller dans l'eau. Je n'ai jamais vu autant de monde en bord de Somme au mois de mai. Les gens se libèrent en ce moment, mais parfois dangereusement."

Annie Roucoux réfléchit à apposer de nouveaux panneaux pour signaler les interdictions de baignade et à demander à ses conseillers municipaux de surveiller de plus près les bords de Somme.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu