Faits divers – Justice

Un Dijonnais au tribunal pour avoir sévèrement maltraité des animaux

Par Soizic Bour, France Bleu Bourgogne et France Bleu jeudi 29 septembre 2016 à 18:24

Deux chiens, un chat, une poule, plusieurs pigeons vivaient dans des cages insalubres et n'en sortaient jamais
Deux chiens, un chat, une poule, plusieurs pigeons vivaient dans des cages insalubres et n'en sortaient jamais - Les Amis de Lewis

Un Dijonnais de 57 ans, était jugé ce jeudi 29 septembre. Il gardait dans sa propriété plusieurs animaux, des chiens, des chats, des pigeons, des volailles et des pintades, dans des boxes insalubres et jamais nettoyés. Les animaux ont été trouvés en état de dénutrition avancé.

Deux chiens, un chat, plusieurs pigeons, des volailles, une pintade et autant d'animaux morts. C'est la triste découverte qui a été faite chez un dijonnais de 57 ans, jugé devant le tribunal correctionnel de Dijon ce jeudi 29 septembre. C'est l'association "Les Amis de Lewis" qui a été alertée de la situation par un signalement et a donc demandé une perquisition dans les cages qu'occupaient les animaux.

Des animaux en état de maigreur extrême

Le constat est terrifiant : des animaux en état de dénutrition extrême, déshydratés et dans un état de maigreur avancé, les services de toilettage mettront plusieurs heures avant de les débarrasser de leurs boue et excréments collés sur leurs poils.

Un des deux chiens retrouvé, laissé à l'abandon et en malnutrition. - Aucun(e)
Un des deux chiens retrouvé, laissé à l'abandon et en malnutrition. - Les Amis de Lewis

Les membres de l'association qui ont découvert les animaux décrivent "l'horreur". Cyril est enquêteur pour la protection animale au sein de l'association : "Je ne comprends pas, j'ai tellement de haine, comment peut-on faire une chose pareille ? C'est marquant, ce n'est pas la télévision, c'est la réalité".

Une journée à toiletter un chien

"On a eu une vision d'horreur. Les animaux vivaient à côté des cadavres d'autres chiens. L'un des chiens étaient terrorisé, traumatisé et on l'a diagnostiqué autiste... On a mis une journée à le toiletter, il y avait tellement de kilos de poils. Les boxes n'avaient jamais été nettoyés, et entre l'urine, les déjections et l'eau, il n'y avait pas un seul endroit au sec."

— Françoise Lachaud, présidente de l'association Les Amis de Lewis

Le procureur de la République a réclamé pour le prévenu une peine d'emprisonnement de trois à quatre mois de prison avec sursis, la confiscation de tous ses animaux, l'interdiction qu'il en possède à nouveau et deux contraventions de 200 euros. Mais l'association des Amis de Lewis n'est pas complètement satisfaite. Il faudra attendre pour connaître le sort du prévenu et les réelles peines dont il écopera, car l'affaire a été mise en délibéré jusqu'à mardi 4 octobre.

Partager sur :