Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une affaire de viol conjugal devant les Assises de la Manche

mercredi 14 mars 2018 à 18:30 Par Lucie Thuillet, France Bleu Cotentin

Ce jeudi 15 et ce vendredi 16 mars, un homme de 32 ans est jugé à Coutances par la cour d'assises de la Manche pour viols par conjoint et violences volontaires.

La Cour d'Assises de la Manche va juger ce jeudi 15 mars une affaire de viols par conjoint.
La Cour d'Assises de la Manche va juger ce jeudi 15 mars une affaire de viols par conjoint. © Radio France - Lucie Thuillet

Coutances, France

Un homme de 32 ans, actuellement en détention provisoire, fera face à la cour d'assises de la Manche ce jeudi 15 et vendredi 16 mars. Il est accusé d'avoir frappé et violé à plusieurs reprises sa concubine, une Cherbourgeoise, entre juillet  2015 et mars 2016.

Ces faits ont été dénoncés dans un premier temps par une amie de la victime, en mars 2016 : c'est elle qui prévient la police après avoir discuté avec cette femme une Cherbourgeoise de 50 ans. Elle lui raconte les violences qu'elle subit fréquemment depuis l'été 2015 de la part de son concubin, lorsqu'il a bu. C'est un homme qu'elle a rencontré en  juin 2015 , à Cherbourg, un homme qui à ce moment là, n' a pas d'appartement et qui va très vite emménager avec elle. 

Des relations non consenties

Elle confie également qu'à plusieurs reprises, leurs relations sexuelles se sont déroulées sous la contrainte. En garde à vue, l'homme reconnait que certaines relations sexuelles n'étaient pas consenties mais il minimise leur nombre.

L'homme est donc poursuivi pour pour "viols par conjoint, sur une personne vulnérable, par une personne agissant en état d'ivresse" et également pour violences volontaires. Il encourt une peine maximale de 20 ans de réclusion criminelle pour les viols et sept ans d'emprisonnement et 100 000 € d'amende pour les violences.