Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une aidante familiale tue sa belle-mère et blesse son mari à Allauch

lundi 4 juin 2018 à 18:02 Par Fabien Le Dû, France Bleu Provence et France Bleu

Dans la nuit de samedi à dimanche, à Allauch (Bouches-du-Rhône), une femme de 63 a tué sa belle-mère de plusieurs coups de couteau. Elle a également blessé son mari. Elle aurait "craqué", épuisée. Elle avait la charge de son mari, atteint de troubles psychiatriques, et de sa belle-mère, grabataire.

Le drame s'est déroulé dans cette résidence d'Allauch
Le drame s'est déroulé dans cette résidence d'Allauch © Maxppp - VALLAURI Nicolas

Allauch, France

Plusieurs coups de couteau contre sa belle mère de 85 ans, dont un mortel à la gorge, une dizaine contre son propre mari âgé de 58 ans : que s'est-il passé dans la tête de cette femme de 63 ans, ancienne "tata" dans une école ? Selon ses explications, elle avait depuis plusieurs années la charge de ses proches au rez-de-chaussé d'un immeuble. Dans le huis clos de l'appartement elle devait sans répit tempérer les violences et les insultes de son mari, atteint de troubles psychiatriques, et s'occuper de la vieille dame, grabataire.

"C'est difficile de gérer la dépendance physique et les troubles du comportement." (Thierry Bautrant, psychiatre)

Une situation d'isolement, mais aussi un épuisement que connaissent parfois les aidants familiaux qui ne veulent pas abandonner leurs proches mais qui ne sont ni préparés, ni formés à accomplir cette lourde tâche.

Des formations et des systèmes alternatifs

"C'est compliqué de gérer la dépendance physique, mais aussi les troubles du comportement" explique Thierry Bautrant, psychiatre, président de l'association A3 (Aide Aux Aidants). "D'autant que les aidants n'ont pas de répit, c'est nuit et jour, jamais de repos."

Ce psychiatre veut un vrai statut pour les aidants familiaux, des formations, et surtout des moyens de se reposer : augmenter les capacités d'accueil des Ehpad pour les courts séjours, et améliorer la prise en charge par des auxiliaires de vie.